27/11/2013

Sire Cédric, La mort en tête

Présentation. Tout commence en banlieue parisienne, la séance d’exorcisme d’un enfant de huit ans a tourné au drame. Eva Svärta, policière à la Brigade criminelle, enceinte de quatre mois, se rend sur les lieux. Est-ce un accident ? Comment est vraiment mort cet enfant ?
Sur place, la policière rencontre Dorian Barbarossa. Un journaliste à sensation qui vit depuis des années avec une balle de calibre 22 dans le crâne.
Eva Svärta ne se doute pas encore de la descente aux enfers qui l’attend…
Tel un marionnettiste diabolique, Sire Cédric joue avec ses héros de papier comme avec nos émotions.

Frissons et suspense garantis !

mort-en-tete.jpg

Mon avis. Franchement, est-il utile de préciser que si vous plongez dans ce récit, vous risquez de ne plus vouloir (pouvoir) vaquer aux tâches qui émaillent votre quotidien avant d'en avoir tourné la dernière page ? Merci à Livraddict et aux Éditions Le Pré aux Clercs pour ce partenariat.

Même si je n'ai pas (encore) lu Le premier sang, j'ai saisi l'occasion qui m'était offerte de lire cette "mort en tête" qui entraîne le lecteur, en un rythme véritablement effréné, sur les routes de France, tantôt au côté de Vauvert, tantôt au côté d'Eva - ou dans leur sillage -, en compagnie d'un tueur en série qui a focalisé son attention (obsessionnelle) sur la jeune femme, désormais enceinte.

J'ai retrouvé avec plaisir ce duo d'écorchés - pas seulement de la vie -; un couple attachant malgré (à cause de ?) les zones d'ombre qui les cernent de toute part ; deux êtres en (profonde) souffrance qui se sont trouvés au hasard des détours sinueux de leur vie pour le moins houleuse ; deux êtres qui vont devoir (tenter de) faire bloc face à un assassin particulièrement intelligent. Un méchant. Un vrai. Retors. Pervers. Machiavélique. Désireux d'éliminer, si possible de manière sanguinolente, Eva ainsi que la vie qu'elle porte en elle.

À noter que le fantastique est moins présent dans cet opus, moins "spectaculairement" présent, en tout cas.

On peut dire que Sire Cédric n'a nullement ménagé ses personnages, ses lecteurs non plus d'ailleurs : la pression est présente en permanence (même lors d'une banale perquisition, j'en suis arrivée à retenir mon souffle et cette scène, à côté du reste, c'était de la roupie de sansonnet), à un point tel que je me suis demandé s'il allait "oser" éliminer l'une ou/et l'autre des figures marquantes...

Survient la fin... et là... là...

Tout est dans les points de suspension.


Ce titre entre dans le challenge "Comme à l'école".

challenge-co-ecole.gif

19:31 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Un billet qui donne envie .... surtout si le fantastique est moins présent car c'est, pour ma part, le petit bémol avec cet auteur .... Même si cela fait partie de sa "marque de fabrique" ....

Écrit par : Jacqueline | 27/11/2013

Répondre à ce commentaire

J'adore la fin de ton article ! :) En tout cas, voilà un thriller haletant que j'ai énormément aimé tout comme les personnages de Svärta et Vauvert.

Écrit par : Frankie | 29/12/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire