12/10/2013

Sous le toit du monde, Bernadette Pécassou

Présentation. "Ashmi s'enveloppe dans son sari. Elle rejoint ses amies Neia et Laxmi et toutes trois descendent les escaliers au plus vite pour se joindre à la foule grossissante qui a envahi les rues de Katmandou. On a assassiné le roi, la reine et la jeune princesse. La stupeur s'est emparée des habitants de la ville au fur et à mesure que la nouvelle s'est répandue. Ils veulent comprendre. [...]"

Sous le toit du monde, des ombres rôdent et assassinent tandis que de riches occidentaux gravissent l'Everest et que la corruption fait rage. En ce début du XXIe siècle, Karan, un jeune Français d'origine népalaise, croit trouver en Ashmi la personne idéale pour incarner le nouveau Népal. Il en fera la première femme journaliste népalaise [...]

toit-monde.gif

Mon avis. Voici un récit qui m'a fait voyager jusque "sous le toit du monde", là où la Nature a souvent (toujours) le dernier mot...

Ce livre évoque les pages croisées, basées sur une histoire vraie, de deux personnages : Ashmi et Karan.

Ashmi est sur le point de terminer ses études d'institutrice alors que tout la prédestinait à rester dans le sillage des sien(ne)s et demeurer paysanne "au village sur la terre battue où elle est née, à récolter le riz pieds nus dans la froide humidité du sol ?" [p. 53] Mais il est bien ardu pour une jeune Népalaise d'aller à l'encontre de la Tradition...

Karan, quant à lui, a décidé de retourner au Népal après avoir vécu en France. Désireux d'apporter sa pierre journalistique à l'édifice du "nouveau Népal", il est intimement persuadé que la modernité doit passer par les femmes. Il croisera la route d'Ashmi.

Une route semée d'embûches car si la femme est un pilier de cette société, elle a (à peine) le droit d'exister et surtout le devoir de se soumettre.

J'ai suivi avec grand intérêt les deux protagonistes majeurs du récit, même si je suis souvent restée "à distance", un peu comme si je jouais le rôle d'une "caméra objective", hormis à la fin où l'émotion s'est déversée, paradoxalement davantage encore à la lecture du dernier chapitre qu'aux précédents...

Impossible de recopier les mots, si beaux, de la fin du chapitre 37 sous peine de trop en dévoiler : je ne peux que vous conseiller, si l'envie vous en dit, d'aller les découvrir...

Merci à Gilles Paris pour ce partenariat qui m'a permis d'entreprendre cette lecture (presque) au moment où mon collègue, professeur de géographie et alpiniste chevronné, s'en revenait d'expédition.

La preuve :

Nun Expé sommet.JPG













Les autres photos sont ICI.

Ce récit entre dans la ronde 12 du Cercle de lecture et la couverture illustre l'idée 91 du challenge des 170 idées (quelque chose avec des ailes).

cercledelecture.jpg

challenge170idees.jpg

10:32 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Très joli livre touchant qui nous fait voyager et qui nous fait vivre la vie d'autres femmes face à d'autres réalités que les nôtres.

Écrit par : gabrielle | 17/10/2013

Répondre à ce commentaire

Ce livre me fait de l'œil depuis quelque temps. Ton avis va me décider....

Écrit par : Brigt | 18/10/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire