07/07/2013

Autobiographie d'une Courgette, Gilles Paris

Présentation. Un nom de cucurbitacée en guise de sobriquet, ça n'est pas banal ! La vie même d'Icare - alias Courgette -, neuf ans, n'a rien d'ordinaire : son père est parti faire le tour du monde "avec une poule"; sa mère n'a d'yeux que pour la télévision, d'intérêt que pour les canettes de bière et d'énergie que pour les raclées qu'elle inflige à son fils. Mais Courgette surmonte ces malheurs sans se plaindre...

Jusqu'au jour où, découvrant un revolver, il tue accidentellement sa mère. Le voici placé en foyer. Une tragédie ? Et si, au contraire, ce drame était la condition de rencontres et d'initiations - à l'amitié, à l'amour et au bonheur, tout simplement ?

courgette.jpg

Mon avis. J'ai découvert Autobiographie d'une Courgette voici quelques années déjà et l'ai d'ailleurs proposé à plusieurs reprises en lecture à mes élèves. J'ai eu la chance de recevoir la nouvelle édition publiée par Flammarion dans la collection Étonnantiss!mes et ai profité de mon congé "revalidant" pour le relire ; je crois y avoir pris davantage de plaisir encore que la première fois : la Courgette aura joué le rôle de "revitalisant" (bienvenu) du moment.

Ce récit peut plaire à tous si l'on n'est pas réfractaire à l'expression particulière du petit garçon ; pour ma part, elle ne m'a jamais ennuyée et j'ai cheminé volontiers en compagnie d'Icare, alias (la) Courgette, placé dans un foyer pour enfants "en mal de parents", après avoir tué accidentellement sa "maman".

Et ces enfants, tout comme les adultes qui les accompagnent, sont souvent attachants, chacun à sa manière.

Courgette bien sûr en première ligne, ce petit garçon qui découvre "le monde" autrement que par l'écran de télévision allumé en permanence par sa mère, et le traduit savoureusement dans un langage qu'il ne connaît pas forcément : c'est ainsi qu'il considère le plus souvent les mots et expressions au sens propre et non au figuré, ce qui lui vaut souvent d'ailleurs les moqueries de ses camarades.

   "J'étais trop petit quand mon papa est parti, mais je vois pas pourquoi il aurait emmené une poule au voisin pour faire le tour du monde avec." [p. 17]

   "Et j'arrive pas à faire le chasse-neige, je chasse rien du tout, je tombe en avant ou en arrière ou sur le côté [...]" [p. 151]


Autour de Courgette, il y a Camille dont le vert des yeux fluctue selon les émotions, un regard dans lequel Courgette aimera se perdre ; Simon, le copain qui connaît tant de choses ; Alice qui cache sa peur derrière ses cheveux dénoués ;  Ahmed et son doudou lapin ; Béatrice qui attend désespérément la visite de sa maman ; Boris et Antoine, les "frères dictionnaires ambulants"...

Et puis il y a les "grands", ceux qui, jour après jour, accompagnent ces enfants malmenés par la vie et tâchent de leur donner quelques repères, discrètement enrobés d'affection.


  "Simon dit rien, même ses larmes c'est que du silence." [p. 109]

   "Les adultes, des fois, ça dit des trucs stupides à cause de la peur qui leur dévore le cœur.

   Ils feraient mieux d'écouter le silence." [p. 124]

   "Je la regarde, avec ses longs cheveux tout blancs qui s'échappent du bonnet comme si elle vieillissait en marchant.

  Je connais pas un aussi joli sourire : il allume tout son visage comme une lampe au-dessus de sa tête, et c'est encore plus beau que le sommet des montagnes et les sapins tout blancs qui descendent dans la vallée." [p. 158]

   "C'est pas parce qu'on demande rien qu'on sait tout.

  Simon, par exemple, il sait tout sur nous, mais pas grand-chose sur lui, et c'est pas dans les cahiers qu'il va trouver des réponses à toutes ses questions." [p. 232]



Un récit tendre où l'émotion côtoie délicieusement l'humour.


La couverture illustre l'idée n° 117 du challenge des 170 idées : quelque chose de vert ; le titre entre dans le challenge "À vos nombres".

challenge170idees.2.2.jpg

avosnombres.jpg

20:18 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Merci pour ce billet, je le note il va aussi dans le challenge à table de Joe!!!

Écrit par : piplo | 24/08/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire