02/06/2013

Les justes, Michael Wallace

Présentation. Par une froide nuit du désert de l’Utah, une jeune femme s’enfuit de chez elle, sa petite fille de trois ans endormie dans ses bras. Elle sera retrouvée morte, la gorge tranchée et la langue arrachée, quelques heures plus tard. La fillette, quant à elle, a été ramenée dans son lit saine et sauve.

Les habitants de Blister Creek souhaitent que cette affaire soit résolue au plus vite, et en toute discrétion. Ils sont membres d’une communauté mormone dissidente dans laquelle la polygamie est de rigueur, et ne veulent, à aucun prix, que des informations sur leur mode de vie filtrent dans le "monde extérieur". C’est un des leurs qui va mener l’enquête : Jacob Christianson, fils d’un patriarche respecté, et accessoirement cousin de la victime. Avec l’aide de sa sœur adolescente, Eliza, Jacob commence à enquêter sur ce meurtre. Il va bientôt mettre au jour un monstrueux secret, qui pourrait détruire les fondements même de leur église...

les-justes.jpg

Mon avis.  Je peux encore une fois remercier très sincèrement l’équipe de Gilles Paris qui m’a permis de recevoir ce roman. Je ne comptais pas le lire tout de suite mais curieuse - la superbe couverture a particulièrement bien joué son rôle -, j’en ai découvert les premières pages et d’emblée, je me suis retrouvée plongée en Utah aux côtés d’Amanda, espérant qu’elle n’allait pas subir le sort qui l’attendait mais la quatrième de couverture ne ment pas et avec un serrement au cœur, j’ai assisté à son atroce agonie.

Premières pages, premier chapitre et bientôt les phrases s’enchaînent, à l’image de la gent féminine mormone irrémédiablement pieds et poings liés à son (triste) destin. Mais Dieu du Ciel (!), au nom de quoi les femmes doivent-elles subir, dans bon nombre de cultures et/ou religions, une telle négation d’elles-mêmes ???

Après l’assassinat d’Amanda orchestré de main de Maître (!) par un petit groupe de monstrueux illuminés, Jacob, le cousin de la victime, en faculté de médecine, est dépêché par son père, un des patriarches de l'Église de la Seconde Venue du Christ, pour essayer de faire la Lumière sur cette sanglante affaire. Il sera accompagné de sa jeune sœur, Eliza, pour qui trois prétendants sont pressentis et puisque deux des trois vivent dans cette communauté implantée à Blister Creek (le troisième est le patriarche Johnson, éminemment respecté, âgé de plus de septante ans et déjà pourvu de douze épouses - le rêve de toute jeune fille de quinze ans ! -), autant faire d’une pierre deux coups ; il est bien sûr inutile de préciser que l’adolescente n’a pas voix au chapitre.


  "- Allons, Jacob, cesse de jouer les trublions. Tu auras beau retourner le problème dans tous les sens, le fait est qu'Eliza ne peut rester célibataire beaucoup plus longtemps. Et toi non plus, si on va par là. Seulement c'est plus compliqué dans ton cas, n'est-ce pas ? Il n'y a jamais assez d'épouses potentielles pour les hommes. Liz a de la valeur, pour dire les choses crûment. Elle n'en aura jamais autant que maintenant. Et c'est peut-être grâce à cela que tu trouveras ta première épouses.

   - Ah, l'idée est donc de se débarrasser de la marchandise avant qu'elle soit gâtée. Très bien, j'ai compris. Mais laisse-moi en dehors de tout ça, pour l'instant. J'aimerais savoir : qu'y a-t-il de mal à vouloir donner le choix à Liz ?

   - Le choix ? Mais ce n'est pas à elle de décider, Jacob." [p. 13]


La lectrice que je suis s’est très vite attachée à ces deux jeunes gens, intelligents, prompts à la discussion, avides de réflexion à propos de ce mode de vie particulier auquel ils sont confrontés : Jacob souhaiterait que sa sœur soit autorisée à poursuivre des études et à attendre quelques années avant de se marier ; c’est également le désir d’Eliza mais puisque le fossé est immense entre ses vœux et la réalité, elle se résigne à faire le "moins mauvais choix". Ces deux-là sont très unis et presque sur la même longueur d'onde - "presque" parce que Jacob est davantage pétri de doutes ; Eliza semble au début du récit sur le point de se résigner - mais leur complicité ne fait pas le poids face à la pression de la communauté.

Frère et sœur ne sont pas accueillis chaleureusement à Blister Creek parce qu'il serait plus simple d'accuser les "Mexicains", clandestins qui travaillent en noir pour les familles. Jacob se rend très vite compte qu'il est indésirable ; quant à Eliza, elle découvre avec un profond dégoût un de ses potentiels futurs maris, dont le regard lubrique ne trompe pas : "la marchandise" lui plaît beaucoup.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce récit - que je ferai volontiers voyager à la "salle des profs" - tant pour l'enquête elle-même que pour la peinture de la communauté qui m'a, en tant que femme, à certains moments mise en colère car comment comprendre qu'une adolescente de quinze ans devienne la ixième épouse d'un homme qui, dans certains cas, pourrait être son grand-père ? Il en résulte souvent un nœud à l'estomac, même si la solidarité est chez eux un mot qui prend réellement tout son sens.

Quoi qu'il en soit, j'espère vraiment que les volumes suivants de cette série seront bien vite traduits en français car je les lirai avec beaucoup de plaisir : merci monsieur Wallace !


La couverture illustre l'idée n° 29 du challenge des 170 idées :  quelque chose d’architectural, en l'occurrence le temple de Blister Creek.

11:25 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) |

Commentaires

Oh, je pense que c'est un livre qui devrait me plaire ..... :-)

Écrit par : Jacqueline | 03/06/2013

Répondre à ce commentaire

C'est bien possible ;-)

Écrit par : paikanne | 03/06/2013

Bien reçu "L'apothicaire" : fameuse brique!
Merci, je lirai ça en juillet.
Bon mercredi.

Écrit par : Philippe D | 05/06/2013

Répondre à ce commentaire

Ce roman m'a beaucoup plu .... par l'intrigue, les deux héros et "ce monde" que je ne connais guère ... Un auteur à suivre ... :-)

Écrit par : Jacqueline | 27/06/2013

Répondre à ce commentaire

Tu n'as guère tardé ;-)

Écrit par : paikanne | 27/06/2013

Je me retrouve tout à fait dans ce que tu dis. J'ai adoré cette lecture, mais la soumission des femmes et leur destinée m'ont tout simplement révoltée. Heureusement qu'Eliza essaye de ne pas se laisser faire ;)

Écrit par : Lady K | 24/10/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire