14/03/2013

Témoin hostile, Rebecca Forster

Présentation. Hannah Sheraton, seize ans, est arrêtée pour le meurtre de son grand-père par alliance, juge à la Cour suprême de Californie. Bien que mineure, Hannah est emprisonnée et jugée comme une adulte, du fait du statut de la victime. Si elle est reconnue coupable, elle risque alors la peine maximale : la mort.

Désespérée, sa mère fait appel à une ancienne camarade de l'université, Josie Bates. Josie, autrefois avocate de la défense virtuose, a renoncé à une carrière d'exception au profit d'un petit cabinet dans la ville balnéaire d'Hermosa Beach en Californie. Elle hésite à accepter mais la personnalité d'Hannah, fragile, tourmentée, dotée d'un véritable talent pour la peinture, et le danger qu'elle court l'entraînent à accepter de la défendre. Elle va rapidement découvrir que la politique, la loi et des relations familiales complexes ont engendré une situation explosive.

La découverte de la vérité pourrait sauver Hannah... ou les anéantir toutes les deux.

temoin-hostile.jpg

Mon avis. Merci à Gilles Paris qui m’a permis de découvrir ce roman (et félicitations à lui pour le – nouveau - prix - amplement mérité ! - récemment obtenu avec Au pays des kangourous).

Petite précision : le livre renseigne sur la couverture la mention "thriller romantique" mais personnellement, je ne trouve pas que, dans ce cas, le terme "romantique" soit approprié.

J’ai commencé  le récit et suis tout de suite entrée dans la vie de Josie, cette avocate pétrie de doutes depuis qu’elle a "réussi", quelques années auparavant, à faire acquitter une meurtrière qui a récidivé par la suite.

Sa première réaction est donc de refuser de défendre la fille d’une ancienne camarade de fac avant de revenir sur sa décision, touchée par le mal-être évident de cette adolescente accusée du meurtre du père de son beau-père (vous suivez ?), juge à la Cour suprême. Autrement dit, une affaire pas gagnée d’avance, hormis sans doute pour l’accusation.

Josie, cette femme elle aussi remplie de "fêlures", est aidée dans cette tâche ardue par son compagnon, Archer, un ancien flic, personnage également très intéressant. Le lecteur suit ainsi les investigations menées par le couple, sans facilité aucune, étant donné la personnalité torturée d’Hannah ; il penche tantôt plutôt en faveur de la culpabilité de la jeune fille, tantôt, il aurait davantage tendance à la croire innocente et cela, au fil des réflexions de Josie. On en arrive à se demander si l’avocate reste objective ou si elle se laisse emporter par un élan presque maternel. Personne ne semble net dans cette histoire, pas plus Hannah que sa mère, son beau-père, ou même la victime.

Les pages se sont tournées allègrement, désireuse que j’étais de faire aussi la lumière sur cette affaire ; la tension monte progressivement alors que, à l’instar de Josie, on remet toutes et tous en question. Personne ne semble digne de confiance. Absolument personne. Et les pistes s’embrouillent.

Le seul bémol, c’est que j’ai deviné le mobile et le nom du/de la coupable avant Josie et n’ai donc pas été surprise.

Hannah or not Hannah, that’s the question…

   "- Votre honneur, permission de traiter le témoin comme hostile ?

   Josie n'avait pas quitté Kip du regard tout en se décalant sur le côté afin de s'assurer que le jury pouvait bien le voir.

   - Vous avez mon accord, déclara Norris.

   Josie le remercia d'un hochement de tête. Elle pouvait à présent exiger des réponses, insister pour obtenir la vérité, mettre les réponses du témoin à l'épreuve jusqu'à être assurée que les intérêts de sa cliente avaient été servis." [p. 218]


Cette couverture me permet d’illustrer l’idée n° 57 du challenge des 170 idées : une tête.

20:25 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Voilà un billet qui me donne envie de découvrir ce roman ... :-)

Écrit par : Jacqueline | 16/03/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire