02/03/2013

D'autres royaumes, Richard Matheson

Présentation. 1918. Récemment démobilisé pour blessure, Alex White s’installe à Gatford, un paisible village anglais, cadre idéal pour sa convalescence. Les bois environnants sont réputés hantés par des esprits capricieux et maléfiques, mais ce ne sont sûrement que des racontars. Pourtant…

Une effrayante rencontre dans la forêt va conduire Alex chez Magda, une veuve au charme si envoûtant qu’on la dit sorcière. Malgré ses avertissements, Alex ne peut s’empêcher de retourner dans les bois, attiré pas ses verdoyants mystères. Là, il rencontrera les fées, l’amour, le danger et bien plus encore…

ôroyaumes.jpg

Mon avis. Richard Matheson, c’est pour moi l’auteur de L’homme qui rétrécit, que j’avais apprécié en son temps (que j’ai prêté et comme j’ai complètement oublié à qui, impossible de le réclamer. Bref.)

Comme toujours avec Nouveaux Millénaires, le livre est beau, le lissé impeccable, même si une police un rien plus grande me conviendrait mieux (l’âge, sans nul doute).

Ce que j’ai apprécié dans ce récit, davantage que l’histoire elle-même, c’est le ton facétieux employé par le narrateur, normal d’ailleurs lorsque l’on côtoie des fays mais je vais un peu trop vite et risque de m’égarer, à l’instar d’Alex White…

Alex(ander) commence d’emblée par régler ses comptes avec son père, colonel de l’US Navy, un personnage ignoble qui n’a eu de cesse de mettre toute sa famille au pas, sans s’inquiéter d’inévitables (douloureuses) conséquences.

  

   "Voilà, je l'écris enfin, après toutes ces années. Un véritable, un authentique salaud. Non, ce n'est pas tout à fait exact. Il était malade. L'esprit tordu - embrumé, pourrait-on dire.

   Sous son joug, Veronica et moi (Veronica, surtout) avons beaucoup souffert. Il nous imposait une discipline de fer. Sans la Navy, il aurait fini à l'asile, je crois, seul et unique endroit où l'on pouvait tolérer son comportement déviant. Notre mère, sensible et bienveillante, a rendu son dernier souffle avant ses quarante ans. Je devrais dire s'est échappée avant ses quarante ans. Son existence d'épouse était un enfer permanent." [p. 11]


L'abomination des tranchées est ensuite évoquée et son compagnon de combat, décédé dans d'atroces souffrances, le met sur la piste de Gatford, cet étrange village qui plongera Alex dans un monde pour le moins étrange.

C'est âgé de quatre-vingt deux ans que celui qui fut ce jeune homme raconte cet épisode marquant de son existence, une tranche de vie qui lui fera découvrir les fays, ces petits êtres pour la plupart malicieux et respectueux de la nature. Pour la plupart. Mais pas tous.

Par des phrases joliment tournées, jouant avec le regard futur de l'auteur reconnu qu'il deviendra (Arthur Black), le héros raconte les péripéties survenues à l'époque, de celles qui marquent un homme à jamais.

  

   "Il était très tard. Je dormais profondément sur ma paillasse - à laquelle j'avais fini par m'habituer. Soudain (comme en abuse Arthur Black dans ses pires moments), un coup violent a fait trembler la porte, en bas." [p. 65]

   "C'est arrivé lors d'un merveilleux après-midi ensoleillé. Si délicieux que la maison semblait m'étouffer (pas terrible, ça). Tout me poussait à sortir me promener - en évitant les bois, bien sûr. J'ai donc profité du temps pour rêvasser sur le chemin. J'étais si persuadé d'être en sécurité... je ne me suis inquiété de rien. C'était vraiment une belle journée, chaude, avec un vent léger, un ciel bleu et sans nuages. Les bois offraient une gamme de verts magnifiques - j'y décelais toutefois une note de menace.

   Une chanson a résonné dans les futaies." [p. 121]


La fin m'a cependant quelque peu déçue : je suis restée sur ma faim, un goût de (trop) peu, en quelque sorte une espèce de "tout ça... pour ça ?"

Merci aux Éditions J'ai Lu pour ce partenariat.


La couverture illustre l’idée n° 15 du challenge des 170 idées : un arbre ou plusieurs, des feuilles ou branches.

challenge170idees.jpg

20:58 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire