13/02/2013

Quelques nouvelles...

Voici un moment que je n'ai plus tenté de faire le point "côté (non-)santé". Tout simplement parce que ce n'est pas le top (c'est le moins que je puisse dire).

epines.jpg

Depuis début décembre, pour la première fois depuis que j'ai entamé cette longue "carrière" - à l'insu de mon plein gré - dans les méandres de la SEP (30 ans quand même, fin 2013), je souffre. Jusqu'à présent, "j'avais du mal" mais maintenant, "j'ai mal".

Problème mécanique, sans doute lié aux mauvaises positions adoptées quand je tente de me mouvoir, entre autres mon genou droit qui fonctionne davantage comme celui d'un flamant rose (ça s'appelle un "recurvatum" ; j'évite d'aller voir les vidéos postées à ce sujet, ça me rend malade (!) ; je comprends pourquoi à Fraiture, certains évoquaient mon "beau recurvatum").

L'ostéopathie ne m'a pas soulagée ; restent les antalgiques qui ne font pas non plus beaucoup d'effet. Le pire, c'est que les douleurs sont présentes lorsque je reste longtemps en position assise et comme je ne peux plus rester debout non plus, il n'y a que la nuit que ça va... Me lever devient aussi très douloureux...

Comment m'en sortir ? Bah, comme d'habitude, j'essaie de "m'habituer" à ce nouveau palier en prenant quand même quelques médicaments et en changeant de "siège" tant que faire se peut quand la douleur devient trop vive.

Je suppose qu'un séjour à Fraiture s'impose(rait) mais je ne m'y suis pas encore décidée car, je dois le reconnaître, pour la première fois, j'ai peur : peur que ce soit le "début de la fin" en matière de boulot et je ne suis pas prête à faire mon deuil de mon travail, quoi que je puisse en dire quand "je frime", d'autant que mes élèves, cette année, sont pour la plupart (très) attachants.

Je me rends aussi bien compte que si je ne travaille plus, le risque est grand que je m'enferme chez moi puisque "tout devient expédition" ; or, moins je bouge, plus ma mobilité se réduit et plus ma mobilité se réduit, moins j'ai le courage de bouger... Tout cela ne fait donc pas avancer le schmilblick...

Le moral joue dès lors parfois au yo-yo et quand je suis en classe, je n'ai pas le loisir de penser à mes déboires, je "donne cours", tout simplement...

Illustration : http://blog.aufeminin.com

12:47 Écrit par paikanne dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |

Commentaires

Je te souhaite beaucoup de courage et t'envoie plein de pensées positives pour ton moral.

Écrit par : Mypianocanta | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Merci et bon rétablissement :-)

Écrit par : paikanne | 13/02/2013

Je n'ai qu'un mot pour toi : COURAGE!

Écrit par : Carnet de lecture | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Merci :-)

Écrit par : paikanne | 13/02/2013

J'ai lu ton billet et je vais écrire la première pensée qui m'est venue : Merde alors !!!! La douleur .... comme si "le reste" ne suffisait pas .....
Grosses pensées pour toi, Pascale ...

Écrit par : Jacqueline | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Merci, Jacqueline :-)

Écrit par : paikanne | 13/02/2013

C'est une réelle saloperie... Que dire d'autre à part "courage" ou "tenez bon"? Rien...

Écrit par : lauren | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Je vais essayer ;-)

Écrit par : paikanne | 13/02/2013

Courage Pascale. C'est une vraie m... cette maladie. J'espère au moins qu'elle est reconnue comme maladie grave et que tu ne dois pas, en plus, te battre avec l'administration quand tu t'absentes.
Je pense bien à toi.

Écrit par : argali | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

En fait, jusqu'à présent, j'ai été rarement absente ;-)

Écrit par : paikanne | 13/02/2013

Ca me fait de la peine de lire de telles nouvelles et, en même temps, je suis complètement paf de voir comme tu te bats et vis "avec".
J'admire la passion que tu mets dans ce que tu fais, c'est ta force, et ça, même cette m**** de maladie ne te l'enlèvera pas.
En tout cas, quand Tom sera grand, j'espère qu'il aura un jour une prof de Français passionnée, pas comme toi car c'est exceptionnel, mais qui t'arriverait à la cheville ou au genou...

Gros bisous, prends soin de toi
Je pense bien à toi, régulièrement, même si je ne te le dis pas ;-)

Écrit par : Naty | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Merci, Naty ; c'est gentil :-)

Écrit par : paikanne | 13/02/2013

C'est vrai qu'en classe on oublie, en général, ses soucis. On n'a pas le temps d'y penser.
J'espère que tu vas trouver une solution à tes maux et que tu pourras encore donner le gout de la lecture à des centaines d'élèves.
Bon courage et bonne reprise.

Écrit par : Philippe D | 17/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonne reprise à toi aussi, après cette cure de soleil :-)

Écrit par : paikanne | 18/02/2013

Écrire un commentaire