02/02/2013

Never Sky, Veronica Rossi

Présentation. Les mondes les ont tenus séparés.

Le destin les a réunis.

Aria a vécu toute sa vie dans le dôme de protection de la Contemplation. Son monde entier a été confiné à ces lieux, elle n'a jamais pensé à rêver de ce qui se trouve au-delà de ces portes. Alors, quand sa mère disparait, Aria sait que ses chances de survivre dans ce désert à l'extérieur assez longtemps pour la retrouver sont minces. Aria rencontre ensuite un étranger nommé Perry qui est aussi à la recherche de quelqu'un. C'est aussi un sauvage mais il pourrait être son meilleur espoir de rester en vie. S'ils peuvent survivre, ils sont le meilleur espoir de l'un l'autre pour trouver des réponses.

never sky.jpg

Mon avis. J’ai décidé de lire ce livre car j’étais en recherche de nouveaux titres relatifs à la dystopie susceptibles de plaire à mes élèves [et j’ai d’ailleurs agi comme je m’étais pourtant promis de ne plus jamais le faire : je l’ai repris sur la liste proposée avant de l’avoir lu. Je sais, ce n’est pas "correct" mais les billets lus à ce propos chez des "copinautes" dignes de confiance m’y ont poussée].

Une précision au préalable : la couverture ne me plaît pas, un peu trop "cucul la praline" à mon goût ; les éclairs auraient amplement suffi, d’autant que le visage de la jeune fille ressemble à s’y méprendre à celui de Kristen Stewart, comme s'il avait été opportun de surfer sur la vague d'un certain succès…

Hé bien, j’ai eu amplement raison de ne pas m'arrêter à cette couverture et de me fier à mon intuition (et aux avis de Cajou, Mycoton, Phooka, Karline, entre autres) puisque j’ai passé un très bon moment en compagnie d’Aria et Peregrine…

Les ingrédients désormais classiques de la dystopie y sont réunis : des personnages issus de deux mondes que tout sépare se rencontrent et la jeune fille sera amenée à quitter sa bulle (le mot est de circonstance) aux apparences idéales pour découvrir les "Sauvages", elle se rendra compte progressivement que l’univers qu’elle a connu jusqu’alors ne correspond pas à celui qu'on lui a inculqué.

Le récit démarre avec une scène particulièrement "haute en couleurs" : j’ai vécu aux côtés de la jeune fille ce malaise grandissant au regard du comportement "incompréhensible" de celui qu’elle croit être un ami. À l'instar d'une plaisanterie qui tourne mal. Très mal.

Le récit alterne ensuite les chapitres présentés selon le point de vue d’Aria et ceux centrés sur Peregrine, le "Sauvage" à qui elle sera confrontée bien malgré elle.

Même s'il n'est pas forcément évident de rentrer dans ce monde aux codes bien précis qu'il faut tâcher de déchiffrer, j’ai beaucoup apprécié les personnages principaux, Aria et Pérégrine, chacun s'efforçant de faire comprendre à l'autre les spécificités de l'univers où il a grandi... Bien sûr, on comprend très vite à quoi aboutira cette rencontre mais cela ne gâche en rien l'histoire, d'autant que la lutte contre des forces qu'ils ne contrôlent pas s'avérera âpre...

L'intérêt réside également dans les particularités des "Marqués" parmi les "Sauvages" : ceux-ci ont réussi à développer de manière phénoménale l'un des cinq sens, ce qui leur apporte une aide considérable dans ce monde sans pitié.

Ah, j'oubliais : petit clin d'oeil aussi à Roar, le charmant (!) ami de Peregrine...

16:27 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7) |

Commentaires

Ça me rassure, je ne suis pas la seule à trouver à la couverture un air de Kristen Stewart. Il y a une nouvelle qui existe sur Roar en Liv mais je n'ai pas encore eu l'opportunité de la lire. En tout cas j'ai hâte de me plonger dans la suite.

Écrit par : Gilwen | 02/02/2013

Répondre à ce commentaire

Je lirai ton avis avec intérêt :-)

Écrit par : paikanne | 03/02/2013

J'ai aussi beaucoup aimé ce livre ;)
Tu le fais lire à tes élèves?

Écrit par : Nadège | 03/02/2013

Répondre à ce commentaire

Je l'ai proposé dans ma liste "dystopies" :-)

Écrit par : paikanne | 03/02/2013

C'est cool de proposer ce genre de livre aux enfants ;)
Tu t'occupes de quelle classe?

Écrit par : Nadège | 08/02/2013

Répondre à ce commentaire

Des 4e en Belgique, ce qui correspond à la seconde en France...

Écrit par : paikanne | 08/02/2013

Ah, le bac de Français alors! (enfin, chez nous ^^)

Écrit par : Nadège | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire