02/01/2013

Trahisons et Faux-Semblants, Ludovic Rosmorduc

Présentation.  "Je me nomme Aurèle d’Angarande, je suis magicien. Autrefois, ce seul titre suffisait à entrouvrir bien des portes, à faire se courber bien des puissants. Mais ce temps est révolu. Aujourd’hui, plus personne ne peut s’enorgueillir d’être magicien. Moi excepté. Je suis le dernier d’entre eux.

Dans un monde où religieux et chevaliers se livrent une lutte sans merci pour le pouvoir, Aurèle d’Angarande s’est exilé d’Anoth au moment où sa guilde en a été bannie. Ce qui ne l’empêche pas de garder un œil curieux sur la cité et sur ses habitants. Quand, un matin, c’est un cadavre crispé et bleui par le froid qui s’offre à la vue du magicien, celui-ci décide de rompre le serment qu’il s’était fait et de franchir une nouvelle fois les murs de la cité fortifiée.

Quitte à mettre les pieds en enfer.

trahisonsfxsemblants.jpg

Mon avis. Je pressentais que j'allais apprécier ce roman puisque j'aime ce type de fantasy que j'appellerais médiévale. Et effectivement, ce fut le cas ; je l'ai d'ailleurs lu très rapidement et avec plaisir.

Aurèle d'Angarande décide de sortir de sa réclusion (presque) forcée lorsque le cadavre d'une jeune femme est découvert en la ville d'Anoth, une cité qu'Aurèle observe depuis son promontoire. Rien n'aurait normalement dû lui faire quitter sa retraite mais la curiosité, alliée à l'envie de "mener l'enquête" (un peu d'orgueil...), est la plus forte.

C'est ainsi que par un "ingénieux stratagème" commencent des allers et retours quotidiens entre sa "forteresse" et Anoth sur laquelle le Malin s'est apparemment désormais abattu ; ces trajets se doivent de rester discrets car "l'ancien magicien" n'a plus le droit d'exercer son art depuis qu'une bulle papale l'a interdit. Aurèle a autant à craindre du Cardinal Thored, représentant de la religion, de Gui de Longroi, à la tête des puissants chevaliers, que du meurtrier qui a visiblement terrorisé ses victimes, figeant définitivement sur leurs traits un masque de frayeur. Car effectivement, la mort ne semble plus vouloir s'arrêter...

Voici un récit qui mêle habilement énigmes, fantasy, Moyen Âge et réflexion sur un monde en devenir avec une écriture bien joliment tournée...

Challenge des 170 idées : n° 32, quelque chose de métallique [épée de couverture].

challenge170idees.jpg

13:18 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

J'ai aussi adoré tous le côté fantastique mais plus médiévale. L'intrigue est très intéressante et je n'ai pas pu lâcher le livre.

Écrit par : Avalon | 02/01/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire