01/12/2012

Adèle Blanc-Sec, tome 1 : Adèle et la bête, Jacques Tardi

Présentation. Dans ce premier épisode qui débute au Muséum d'histoire naturelle du Jardin des plantes de Paris un jour de novembre 1911, le lecteur fait connaissance avec la célèbre héroïne. Dotée d'une personnalité hors du commun, Adèle évolue dans un univers mystérieux (dans lequel Paris occupe une place de choix), peuplé de monstres et d'êtres étranges.

adele1.jpg

Mon avis. J’avoue avoir puisé une BD dans la bibliothèque "conjointesque" parce que je voulais une lecture rapide et ne disposais de rien de "blanc(he)" dans ma PAL [session 12 du challenge "Un mot, des titres..." organisé par Calypso] ; j’ai alors décidé d’opter pour cette héroïne célèbre même si je suis nettement moins à l’aise (en réalité, pas à l’aise du tout) quand il s’agit de donner mon avis sur une BD parce que je ne peux évoquer l’image que de manière purement subjective…

C’est ainsi qu'après avoir entendu les recommandations d’usage (manipuler les BD d'Arnaud, c’est prendre un risque considérable car il est hors de question que, de quelque manière que ce soit, on (il) puisse déceler une trace, aussi infime soit-elle, de la dite manipulation ; je n’ose imaginer s'il m'arrivait de laisser malencontreusement tomber un de ces trésors inestimables…), je me suis lancée dans cette aventure…

Hé bien, bof…  Je dirais même plus, même si c’est un crime de lèse-Adèle, je vais aller jusqu’à clamer que je n’ai pas aimé cette découverte ; ce qui m’a d’ailleurs valu une belle discussion hier soir.

Vous avez bien compris que le spécialiste ès BD, c’est Arnaud et quand j’ai dit qu’entre Adèle et moi, le courant n’était pas passé, aïe, il n’en a pas cru ses oreilles, ou plus exactement son écran…

S’en est même suivi un échange relatif à ce que j’allais écrire dans mon billet, tant il est (presque) inconcevable de ne pas porter Adèle aux nues ; j’ai dû me montrer ferme (!) : non, je ne suis pas critique, je me contente de donner mon avis sur ce que j’ai apprécié, ou pas, à propos d’une lecture.

Alors, j’ai bien conscience que Tardi, c’est Tardi, mais il n’empêche que je n’aime pas le dessin (je le répète, c’est purement subjectif, je suis moi-même bien incapable de dessiner quoi que ce soit), pas plus que les couleurs et je n’ai pas non plus été emportée par l’intrigue que j’ai trouvée assez confuse, d'autant que les personnages ont une fâcheuse tendance à se ressembler aux yeux de la novice de service, en l'occurrence, bibi. Et donc, a priori, même si les tomes suivants sont disponibles à la maison, je ne pense pas les lire…

Vous remarquerez, en plus, que je n’ai pas été fichue de rédiger un billet digne de ce nom. Mes plus plates excuses... Si mes élèves "en faisaient une pareille", je ne vous dis pas Clin d'œil

08:50 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Moment de lecture bien plaisant ...... même si ce n'est pas "un billet digne de ce nom" ...:-)

En tout cas, ton avis est clair : tu n'aimes ni le dessin ni l'histoire ..... Hihi ..... Moi, je ne connais cette BD que de nom .... En plus, je ne suis pas très "BD" ..... "Comment est-ce possible" doit penser Arnaud ! :-)))

Écrit par : Jacqueline | 01/12/2012

Répondre à ce commentaire

Je le trouve très bien ton avis : il est clair et plus limpide c'est difficile à faire ;)

Écrit par : Mypianocanta | 01/12/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire