26/10/2012

L'Héritière du Temps, Ludovic Rosmorduc

Circonstances. Ludovic Rosmorduc, je le connaissais (bien évidemment) de nom, entre autres grâce à Book en Stock mais je n’avais encore rien lu de lui. Rencontre aux Halliennales, petite discussion bien sympathique (j’aime les gens qui sourient volontiers : c’est son cas).

Je lui demande ce qu’il me conseille pour mes élèves et alors qu’un "vendeur normalement constitué" proposerait logiquement le premier de ses ouvrages (pour acheter par la suite les autres), il évoque plutôt L’Héritière du Temps ou Trahisons et Faux-Semblants.

Entre les deux, mon cœur balance mais je me décide pour L’Héritière du Temps. Je lui précise qu’en raison de ma PAL (insignifiante, je le sais, en regard de celle de certaines - suivez mon regard -), je ne le lirai pas tout de suite ; ce sera, disons, pour cette année scolaire.

Oui mais, je sentais qu’elle m’appelait, cette héritière et cette semaine, je me dis que je vais en lire quelques pages, histoire de "prendre la température". Et voilà, j’ai été piégée…  J’ai profité de mon jour de repos pour en lire 150 pages [non, non, je n’ai pas lu au lieu de corriger, j’étais à jour en matière de corrections – ça n’a bien sûr pas duré – mais pas en matière de préparations de cours. Bref.]

heritiere temps.jpg

Présentation. Une grossesse qui tourne mal conjuguée à l'arrivée tonitruante d'une émissaire du Diable à Sétiladom : il n'en faut pas plus pour convaincre la Sainte Inquisition d'intervenir. Et si le Grand Inquisiteur est convaincu du bien-fondé de sa cause, il est également mû par d'autres motivations plus sombres.

Héritiers de l'histoire de la Cité Noire, mais surtout de la sagesse d'Ambroise de Liemmos, l'alchimiste Yorel, le guerrier Dungal et leur protégée de toujours, Sixéla, vont tout mettre en œuvre pour découvrir ce qui se cache derrière ces manisfestations démoniaques.

Mon avis. Vous l'aurez compris grâce à ce (long préambule) : je me suis aisément laissé emporter dans cette aventure aux apparences médiévales.

Il faut dire que j'apprécie déjà beaucoup le format et la mise en page des Éditions Baam ! En outre, j'aime aussi les récits historiques et même si le roman appartient à la Fantasy, le Moyen Age est bel et bien présent à travers les pierres, les superstitions, l'alchimie, la religion prégnante, le Mal incarné par l'Inquisition...

Le Grand Inquisiteur Whitlock va pouvoir exprimer ses pleins pouvoirs car un Mal décime la population, hors et bientôt dans Sétiladom. Une jeune colporteuse verra d'ailleurs vite de quel bois se chauffe cette engeance, en théorie au service de Dieu, mais profondément diabolique...

L'alchimiste Yorel, la jeune Siléxa et le colosse Dungal sont déterminés à trouver, le plus rapidement possible, un remède pour contrer cette maladie mortelle.

Les chapitres courts incitent à la lecture et les pages se tournent aisément même si j'ai personnellement ressenti un léger "ralentissement" lors de la deuxième partie (Les livres de pierre) et aurais parfois préféré une "résolution moins rapide" de certains mystères.

L'atmosphère pesante et sombre est à l'image de cette époque trouble où Dieu semble bien loin d'être "amour et lumière" ; pourtant, pour décrire cette société, les mots se font parfois poésie...

   "À l'est, l'horizon flamboyait. Le soleil naissant inondait le paysage d'une lumière d'or. Sous un soleil orangé parsemé de nuages roux scintillait une végétation saturée de rosée. Inlassablement, à chaque aube nouvelle, la Nature offrait un tableau grandiose et sans cesse changeant." [p. 91]

Tout ceci pour dire que je proposerai sans nul doute cette lecture à mes élèves : bon nombre en seront ravis.

Et puis, de toute façon, un auteur qui dit : "Adolescent, j’ai vraiment été scotché par La nuit des temps de Barjavel. Je crois que c’est la première fois que j’étais à ce point embarqué dans une histoire. J’ai toujours été un gros dormeur, mais là, je n’hésitais pas à rogner sur mes heures de sommeil pour en savoir plus. C’était aussi ma première vraie rencontre avec la science-fiction."[Book en Stock] ; celui qui tient de tels propos, ce ne peut être qu'un "bon" Cool

16:17 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

La Fantasy ..... bof .....

mais le Moyen Age, j'aime ..... , j'ai adoré "La Nuit des Temps"et ton billet est enthousiaste ...... donc, je note quand même le titre... :-)

A lire plus tard, quand ma Pal aura diminué ....même si elle est très petite (mon regard se dirige vers la même personne que toi, je pense) ..... Je n'aime pas avoir autant de livres en attente ..... ce que je n'avais pas d'ailleurs lorsque je ne fréquentais pas des blogs .... :-)))

Écrit par : Jacqueline | 27/10/2012

Répondre à ce commentaire

Il y a effectivement peu de fantasy et c'est le côté médiéval qui l'emporte...
Même chose pour moi concernant la PAL : je rajoute plus vite que je ne lis et cela, "à cause" des blogueurs ;-)

Écrit par : paikanne | 28/10/2012

Une belle découverte et un coup de coeur également !

Écrit par : Nahe | 30/10/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire