29/09/2012

Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, J. Heska

Présentation. Je m'appelle Jérôme et je ne suis pas quelqu'un de populaire. Invisible pour mon entourage, insipide pour mes collègues, insignifiant pour ma petite amie. Un jour, je suis tombé sur un article dans un magazine bon marché censé m'aider à régler un certain nombre de problèmes dans ma vie. Ça m'a amené un peu plus loin que prévu ... Ah oui, le "un peu plus loin", c'est devenir le chef de file involontaire d'un mouvement philosophique qui a révolutionné le monde.

gentils.jpg

Circonstances. J’ai lu ce récit dans le cadre du challenge Lire sous la contrainte, organisé par Philippe et, je dois bien l’avouer : j’ai triché. En effet, il s’agissait, pour cette session, de découvrir un titre à phrase interrogative. Or si le titre du récit de J. Heska a l’apparence d’une phrase interrogative, il n’en est pas une : manque le fameux point.

Pourquoi cette "supercherie" ? Oh, je n’avais rien dans ma PAL "immédiate" susceptible, et de répondre à la consigne, et de retenir suffisamment longtemps mon attention ; en outre, Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir (qui a dit que je me sentais concernée ?) me faisait de l’œil. Je m'y suis donc lancée, histoire de voir qui/que sont ces "gentils".

Mon avis. Si j’ai passé un bon moment en compagnie des protagonistes, je n’ai pas été captivée comme lors de la lecture de On ne peut pas lutter contre le système du même (gentil ?) auteur mais le propos est ici tout autre… Point de suspense mais une réflexion sur certains comportements malheureusement trop courants dans notre société : l’incivisme, d’une manière générale.

La lutte contre ces "antipathes" commence incidemment et si Jérôme est à l’origine de ce mouvement "cimondiste", il sera bien vite complètement dépassé par l’ampleur de ce qu’il a généré.

Je me sens en accord avec la stigmatisation de ceux qui sont (méchamment) montrés du doigt : je déteste (aussi) les gens qui donnent exagérément de la voix lorsqu’ils arrivent quelque part, envahissant alors "l’espace vital" des autres [c'est curieux, me vient spontanément à l'esprit quelqu'une ;-)]; je râle sur ceux qui balancent leurs saletés par la vitre de leur voiture… mais Jérôme, il m’énerve (presque) tout autant : il ne se bouge pas et j’ai beaucoup de mal avec ce(ux) que j’ai coutume d'appeler des "nouilles". Envie de les secouer, très fort !

Le récit se lit aisément, d'autant que les chapitres sont courts ; à noter la présence de l’humour au début de chaque partie avec des phrases en exergue qui m'ont fait (sou)rire et que ne renierait pas notre Jean-Luc Fonck national…

  "La vie, c'est comme monter un meuble en kit. On a la notice, issue de l'expérience des autres qui ont déjà transpiré dessus un bon moment. Mais on se dit toujours qu'on vaut mieux que ça, alors on le monte tout seul. Puis, quand tout se casse la gueule, on regrette..." [p. 20]

   "La vie, c'est comme le Titanic.Ça a l'air sympa, mais on finit toujours par toucher le fond." [p. 81]

   "La vie, c'est comme le piano. C'est sympa quand tu sais en jouer." [p. 120]

   "La vie, c'est comme les gens qu'on croise dans la rue. Ils nous sourient si on leur sourit." [p. 142]

En 3 mots : plaisant ; innovant ; interpellant.


Les billets de cette 1ère session sont ici.

21:07 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8) |

Commentaires

Pas de problème! Même s'il manque le point d'interrogation, tu as bien fait de choisir ce livre qui serait peut-être encore resté longtemps dans ta PAL autrement.
Passe un bon dimanche. ON nous annonce une belle journée d'automne. Profitons-en.
Merci pour ta participation.

Écrit par : Philippe D | 30/09/2012

Répondre à ce commentaire

Bon dimanche :-)

Écrit par : paikanne | 30/09/2012

Un titre qui m'a l'air intéressant et que je pourrais peut-être utiliser dans le cadre de mes cours. J'ai noté Je prends note des références.
Bonne fin de dimanche!
P.S.: Je vois qu'on a pas mal de points communs -le métier, le pays, l'âge :)

Écrit par : Céline - Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait LIVREsse | 30/09/2012

Répondre à ce commentaire

D'ores et déjà, bonne semaine :-)

Écrit par : paikanne | 30/09/2012

J'en garde un vague souvenir mitigé... Perfectible je dirais, un peu prosaïque par moments, peut mieux faire...
Sans doute son dernier roman est-il meilleur, mais je ne le lirai pas, suite à quelques mails de l'auteur, peu avenants...

Merci pour le lien Paikanne, et bon courage dans ta lutte contre la maladie...

Écrit par : Noann | 01/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci ;-)

Écrit par : paikanne | 01/10/2012

Une très bonne découverte pour moi aussi :)

Écrit par : Luna | 05/09/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé aussi les fins de chapitre... le monde c'est comme...
un bon moment de lecture!

Écrit par : piplo | 29/09/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire