27/09/2012

BZRK, Michael Grant

Présentation. 2040. Noah est un jeune Anglais dont le frère ainé, Alex, est interné dans le QHS d'un hôpital psychiatrique. Sadie est une riche adolescente américaine qui assiste à un match de foot et voit le jet privé qui transporte son père et son frère s'écraser sous ses yeux.

Leur vie à tous deux va basculer dès l'instant qu'ils sont touchés par BZRK, l'organisation qui se bat pour préserver la liberté individuelle face au clan des jumeaux Armstrong dont le but est d'uniformiser les consciences pour garantir la paix de l'humanité.

Bienvenue dans la nano-dimension, où des insectes plus petits que le diamètre d'un cheveu, se livrent une guerre sans merci contre la folie, dans le cerveau humain et dans les profondeurs de la chair. Perdre n'est pas une option envisageable quand on risque la démence...

BZRK.jpg

Mon avis. J’ai reçu, en tant que chroniqueuse "onlitplusfort" chez Gallimard Jeunesse, BZRK de Michael Grant, l’auteur de la saga Gone que tout le monde, ou presque, a lu… mais pas moi.

Aucun a priori de ma part avant de commencer le récit et je dois dire que même s’il faut s’accrocher au début pour tenter de comprendre les tenants et les aboutissants du roman (il est par exemple difficile, dans un premier temps, de savoir s’il y a des "bons", des "méchants"... ou si tout le monde l’est d’une manière ou d’une autre) ; même s'il est peu évident de pénétrer (!) pleinement à l'intérieur des technologies développées (macro, nano, biobots…), je me suis laissé porter, bon an mal an, par l’histoire.

J’ai ainsi lu environ 200 pages avant de jeter l’éponge, définitivement. Ce qui "n’était pas très clair" est devenu complètement confus et plutôt que d’essayer de naviguer en plein brouillard, à l’intérieur du cerveau humain, j’ai préféré passer à autre chose. Mais j'offrirai le roman à l’un de mes élèves ; je trouverai bien quelqu’un intéressé…

NB : j'ai effectivement trouvé ce jour (03/10) une élève qui souhaite le lire :-)

17:24 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire