07/08/2012

On ne peut pas lutter contre le système, J. Heska

(Très long) préambule. J’avais décidé (d’essayer) de diminuer ma PAL durant ces congés scolaires et dans l’absolu, j’ai réussi à le faire mais pas comme j’aurais pu (dû).

J’avais une cinquantaine de livres à lire fin juin (je parle des "officiels" car se cachent aussi partout des "officieux", à savoir ceux que j’ai dans tout le "brol" qui fait office de "bibliothèque" [traduction : des tas partout] et que je n’ai pas/plus spécialement envie de (re)découvrir. Bref.) 

Aujourd’hui, à cette heure, j’ai encore 43 livres dans ma PAL (officielle, donc) et pourtant, j’en ai lu (toutes catégories confondues, autrement dit romans + intégrale + album + BD + billets en attente) 25. Même si les mathématiques et vous, cela fait 2 (voire 3), vous avez remarqué d’emblée que le compte n’est pas bon : 50 – 25, cela ne fera jamais 43. Où le bât blesse-t-il donc ? C’est qu’au fur et à mesure, je rajoute (presque) allègrement (les "finances" œuvrent aussi) des ouvrages suite à mes pérégrinations bloguesques.

La dernière coupable en date, c’est argali dont le billet élogieux relatif à On ne peut pas lutter contre le système de D. J. Heska a attiré mon attention.

J’ai lutté quelques heures et j’ai finalement jeté l’éponge en achetant la version ebook (et comme je suis faible et que les avis sur son premier roman, Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, sont souvent (très) positifs, tant qu’à faire, je l’ai aussi acheté – d’autant que le titre m’interpelle parce que l’on m’attribue souvent le qualificatif de "gentille" et il m’arrive d’avoir l’impression que (parfois) "gentil" = "pigeon").

j heska.jpg

Présentation. Le système financier mondial vient de s’écrouler. Il ne s’en relèvera pas, plongeant toute une civilisation dans le chaos. Lawrence Newton a accepté sa destinée. Il a renoncé à ses espoirs, à ses convictions, et à l’amour de sa vie pour suivre les traces de son père au sein du consortium HONOLA.

Samson Bimda est le chef d’un village au nord de l’Ouganda. Les semences OGM vendues par la compagnie ruinent ses champs et ne lui permettent plus d’assurer sa subsistance.

Clara, Hakim et Louise sont trois militants au sein du mouvement écologiste GreenForce. Au hasard d’une de leurs actions, ils tombent sur des documents compromettants qui vont les dépasser. À la veille du plus grand sommet européen déterminant l’avenir de millions de personnes, chacun doit défendre ses intérêts, quitte à en payer le prix le plus lourd.

Mon avis… rejoint tout à fait celui d’argali.

Je me suis complètement laissé prendre au "jeu". Dès que j’ai commencé à tourner (virtuellement) les pages, j’ai été emportée par le tourbillon de ces "affaires" en tout genre. Y compris l’univers le plus (im)pitoyable (Daaaallas…).

Et pourtant, pas question de "lire distraitement" parce que l’on voyage, dans tous les sens du terme, au travers de ce "roman". Dans l’espace : Londres, Paris, Bruxelles, Ouganda… Mais aussi dans le temps, au fil de séquences qui se focalisent sur un certain présent alternant avec des passages relatifs au passé, tantôt lointain, tantôt (plus) proche. S’ajoutent en outre des extraits d’informations télévisées "à chaud" et autres courriels : une très complète (dés)information.

Le lecteur est tenu en haleine par les (més)aventures des personnages, très rarement tout blancs (!) ou tout noirs (!) : certains que l’on apprécie - ou que l’on est gêné d’apprécier -, d’autres moins, voire pas du tout.  

Malgré le sujet de prime abord (de prime abord seulement) un tantinet rébarbatif, jamais l’on ne s’ennuie, toujours les (courts) chapitres appellent la suite et apportent leur lot de faits majeurs sur cet échiquier (!) économico-écologico-financier.

Et la fin ? Elle est renversante même si la morale n’est pas (forcément) sauve.


   " - Alors ? demanda Lawrence en délaissant son bloc-notes. L’univers tourne en réalité autour de qui ?

   -  Mais… De nous ! Des contribuables, du peuple. Qu’est-ce que nous faisons en tant qu’individus ? Nous sommes sympas et nous prêtons de l’argent aux banques ! Nous leur donnons notre pognon, que nous avons acquis à la sueur de notre front, et sans aucun respect, elles le prennent et vont le jouer au casino, à Las Vegas. Elles se font des couilles en or et nous reversent des pourcentages ridicules. Investissent dans des sociétés qui dégagent des gains monstrueux en maintenant en esclavage des populations entières, ou font de la spéculation sur des produits, immobiliers ou alimentaires, qui nous mettent ensuite dans la merde."  CQF(malheureusement) D.

À noter que l'humour est présent, qu'il devienne parfois aussi ironie ou cynisme. À l'image de bon nombre des "héros".

Le seul petit bémol, selon moi, c’est qu’il reste quand même dans cette version "électronique" un certain nombre d’erreurs.

Allez, laissez-vous tenter... même si "on ne peut pas lutter contre le système".

22:17 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8) |

Commentaires

Désolée d'avoir été la tentatrice mais ravie que cela t'ait plu !! Tu me diras si le premier est aussi chouette et là, c'est peut-être moi qui craquerai...

Écrit par : argali | 07/08/2012

Répondre à ce commentaire

Une bien belle tentation :-)

Écrit par : paikanne | 07/08/2012

Bonjour Paikanne !

Une bien belle chronique que je découvre avec plaisir, seulement deux jours après que vous ayez acheté le livre, bravo pour la rapidité, et surtout merci beaucoup ! Et merci également à Argali qui a bien joué les tentatrices ;-)

Par contre, je suis étonné des erreurs que vous avez constatées (surtout que j'ai fait une révision complète du manuscrit il y a quelques semaines en corrigeant les dernières coquilles signalées par des lecteurs). Vous parlez de fote d'ortografe, de coquilles ou d'autres choses ?
Arf, il va falloir que je relise à nouveau tout ça, alors pour faire un manuscrit parfait !

Écrit par : J. Heska | 07/08/2012

Répondre à ce commentaire

Ravie de lire un autre avis positif sur ce livre que j'ai, aussi, beaucoup apprécié !

Écrit par : Eulimène | 08/08/2012

Répondre à ce commentaire

Voici mon avis bien tardif ;) : j'ai adoré la lecture de ce roman, et si j'ai un peu honte d'avoir tarder à le lire (pour cause de PAL énorme) je me dis qu'il prend toute sa saveur par les temps qui courent!!!!

Merci encore Paikanne pour ce très beau cadeau!!!!

Écrit par : Falline | 29/05/2013

Répondre à ce commentaire

Ravie qu'il t'ait plu :-)

Écrit par : paikanne | 29/05/2013

J'ai également passé un très bon moment avec ce livre. :)

Écrit par : Luna | 23/11/2013

Répondre à ce commentaire

:-)

Écrit par : paikanne | 23/11/2013

Écrire un commentaire