01/08/2012

Libérez mon frère, Joke van Leeuwen et Malika Blain

Présentation. Casablanca, Maroc, 1969.

La famille de Zima est une famille comme tant d'autres, nombreuse, unie, chaleureuse. Une famille musulmane plutôt plus libérale que les autres : quand les parents apprennent que Zima, huit ans, s'est enfuie de l'école coranique parce que le maître y frappe ses élèves, ils ne l'obligent pas à y retourner. Une famille plus égalitaire aussi, où le père participe aux tâches domestiques. Une famille où l'on cultive le goût du savoir, de la discussion et de l'écoute.

La vie pourrait être tranquille, mais voilà, dans ces années où partout autour du monde fleurissent des idées nouvelles et des espérances folles, Amrar, le frère aîné de Zima, se met à sortir la nuit avec des cartables bourrés de papiers, il refait le monde avec des amis, il rédige un journal clandestin qui parle de pays où les travailleurs sont respectés, où la parole est libre et où la télévision montre autre chose que les faits et gestes du roi...

Et une nuit, Amrar ne rentre pas.

liberez frere.jpg

Mon avis. Ce récit se lit sans difficulté aucune mais je suis restée complètement en retrait de l’histoire et ses protagonistes. Spectatrice, je suis demeurée spectatrice. Je crois que c’est parce que l’émotion qui aurait pu (dû ?) passer à travers les mots n’a jamais été présente ; j’imagine que c’est tout à fait volontaire mais par conséquent, je ne me suis pas sentie "concernée" alors que les événements relatés sont dramatiques.

Ce qui m’a également dérangée, c’est que Zima a huit ans au début du récit et raconte les choses avec sa vision particulière de petite fille et sept ans plus tard, l’écriture reste la même alors qu’elle a grandi.

Un billet éclair pour ce livre qui n'a pas réussi à me toucher...

12:38 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire