13/07/2012

Strange Angels, T. 2 : Trahisons, Lili St. Crow

Présentation. La vie n'est pas tendre avec Dru. Ses parents sont morts. Son meilleur ami est un loup-garou. Le sang qui coule dans ses veines n'est pas 100% humain. Et, pour des raisons de sécurité, on l'a envoyée dans un lycée pour "créatures surnaturelles" comme elle... une école fréquentée exclusivement par des garçons !

L'idée pourrait sembler alléchante, mais l'instinct infaillible de Dru lui murmure qu'elle n'est pas en sécurité. Un traître se cache derrière les murs de la Schola. À elle de percer son identité !

strange angels 2.jpg

Mon avis. Autant j’avais apprécié le premier tome, autant j’ai été déçue par celui-ci…

On retrouve Dru dans la Schola, une école qui accueille djamphir et autres lycanthropes ; la (sur)tension est palpable à chaque instant  car les djamphir sont contraints de cohabiter avec ces êtres qu’ils considèrent comme leurs inférieurs : les lycans.

Ajoutez au milieu du jeu de quilles LA svetocha que les sangsues veulent à tout prix éliminer et vous comprendrez qu’il devient parfois difficile pour ce petit monde de respirer dans cet endroit… d’autant que les sens de tous sont exacerbés ; Dru a aussi fort à faire avec l'appel du sang...

Le problème, c’est qu’il ne se passe strictement rien - rien qui fasse progresser les choses en tout cas - durant ce récit où les personnages vivent en vase clos. Oh, bien sûr, il y a bien de temps à autre une alerte : un "confinement", entendez par là une attaque vampirique durant laquelle tous (ou presque) œuvrent pour protéger Dru ; alors seulement, il y a de l’action.

À côté de cela, Dru se pose mille questions sur chacun, ne sachant pas à qui elle peut accorder un soupçon de confiance, hormis Graves, bien sûr, qui a repris du poil de la bête (!). Quant à Christophe, il se contente de brèves apparitions qui sèment le trouble chez Dru. Il faut attendre les derniers chapitres pour qu'enfin les choses bougent, dans tous les sens du terme.

Côté écriture, les répétitions sont à nouveau bel et bien présentes : au cas où le lecteur maladivement distrait l’aurait oublié, Dru répète à qui mieux mieux que Christophe dégage toujours une alléchante odeur de tarte aux pommes - qu'elle adore - alors que Graves fleure bon l'adolescent (hé, oui), le déo/shampooing et la cigarette ; que la proximité des vampires provoque chez elle l’apparition d’un goût d’orange en cire/d’oranges en putréfaction en bouche. Le summum, c’est d’insister à plusieurs reprises sur le fait que la jeune fille, en se réveillant, "déloge les petites croûtes que le sommeil avait déposées au coin de ses yeux". Un peu agaçant, tout cela, à la longue…

Heureusement, la svetocha n’a nullement perdu son humour extrêmement caustique, ce qui nous vaut malgré tout quelques bons mots.

Ce tome me laisse un petit goût amer, comme l’orange probablement…

Traduction : Rose Guillerme.

20:15 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Un avis semblable au mien. Franchement déçue aussi, rien n'avance, sauf vers la fin et encore. J'ai aussi bien noté les répétions, entre la pomme et l'orange et autre on a de quoi faire lol. Contente de voir d'autres personnes ayant un ressenti comme le mien, juste histoire de rassurer

Écrit par : Galleane | 14/07/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire