12/07/2012

La Moïra, l'intégrale, Henri Lœvenbruck

Présentation. "L’enfant s’appelle Aléa…

Jeune orpheline de treize ans, elle hérite involontairement d’un don étrange et se retrouve alors au centre d’intrigues qui la dépassent. Sur l’île de Gaelia, nombreux sont les politiciens et les religieux qui convoitent cette puissance ; nombreux sont ceux qui redoutent cette élue aux facultés uniques, qui pourrait changer la face du monde…

Alors qu’au sud, une armée est en marche pour reconquérir l’île volée à ses ancêtres, la jeune Aléa doit fuir de nouveaux ennemis : les Soldats de la Flamme, des fanatiques religieux qui voient en elle un nouveau danger, le Conseil des druides, qui lui envient son pouvoir, ou encore les terribles guerriers de Maolmòrdha…

Prise au cœur d’un conflit colossal, Aléa fuit la mort qui la traque sans pitié.

La meute de ses poursuivants grandit de jour en jour. Le moment est proche où elle devra faire volte-face pour affronter son destin.

Dans l’ombre, tel le reflet d’un miroir, Imala, une louve solitaire, vit une aventure étrangement parallèle à celle de la jeune fille.

Leurs existences sont-elles liées ?

Leurs avenirs respectifs sont encore flous, mais une destinée unique attend la louve et l’enfant".

moira.jpg

Mon avis. Au préalable merci à Aurore et Marie-Miguel qui m’ont permis de découvrir cette saga.

Savez-vous que voici quelques mois, je n’avais encore jamais lu d’ouvrages d’Henri Lœvenbruck, même si je connaissais - bien sûr - son nom ?  

J’ai eu la possibilité de lire les deux premiers épisodes de Sérum (Henri Lœvenbruck et Fabrice Mazza) que j’ai dévorés. Rien à voir, me direz-vous avec La Moïra ? Rien, effectivement, si ce n’est l’auteur. Dans l’attente du 3e épisode de Sérum (alors temporairement en rupture de stock mais reçu depuis et lu aussi vite), je me suis lancée dans l’intégrale de l’histoire d’Aléa - hé oui, je suis enseignante, et par conséquent, oui, je suis en congé, et donc oui, je m’accorde très volontiers le temps de lire -.

J’ai été très facilement transportée sur l’île de Gaelia où j’ai fait la connaissance d’Aléa au fil d’un récit dans lequel je suis entrée dès la première page, autrement dit un livre comme je les aime.

Impossible pour moi de diviser cet avis en trois parties correspondant aux romans initiaux parce que, emportée dans mon élan, je l’ai lu en une fois et je ne peux dire si j’ai préféré l’un à l’autre : j’en garde une impression d’ensemble très positive. Jamais je ne me suis ennuyée en suivant le destin de la jeune Aléa et de ses amis, ou de ses ennemis, ou de ceux, nombreux, à propos de qui on hésite.

Il a parfois été dit que cette saga faisait songer au Seigneur des Anneaux ; je ne peux me prononcer à ce sujet puisque je n’ai pas lu les récits de Tolkien ; ou plus exactement j’ai tenté de lire La communauté de l’Anneau mais j'ai abandonné.

J’ai apprécié le foisonnement de l’intrigue - des intrigues, devrais-je dire - qui s’entremêlent autour d’un monde qui est en train de disparaître et voit s’opposer les druides avec leurs traditions intimement liées à la Moïra, espèce de fil conducteur de ce que l’on peut nommer "Destin" ; les ardents défenseurs du christianisme ; le Mal incarné en la "personne" de Maolmòrdha ; et enfin la jeune Aléa, précurseur d’une ère nouvelle et par là même, la cible de tous ceux qui craignent de perdre leurs privilèges spirituels.

Parallèlement, le lecteur suit les (més)aventures d’une superbe louve, Imala, liée à Aléa d’une manière tout à fait particulière ; les pages relatives à l’animal, hymne à la Terre, sont extrêmement belles et touchantes.

Quant aux personnages, certains m’ont particulièrement plu : non pas Aléa - contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord -, parfois agaçante à mon goût, mais je retiens, entre autres, le nain Mjolln, fidèle compagnon bougon d’Aléa, au langage, ahum, savoureux, ça oui ; j’ai aussi beaucoup aimé le Magistel Galiad ainsi que le druide Kiaran.

Le seul petit bémol : l'affrontement final qui a été, selon moi, beaucoup trop rapide.

Un voyage imaginaire (?) que je ne regrette pas...

11:28 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

je garde un bon souvenir de cette lecture

Écrit par : pom' | 13/07/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire