16/06/2012

Winterheim (intégrale), Fabrice Colin

Présentation. Il y a bien longtemps, les Faeders et les Dragons ont décidé de ne plus s'immiscer dans les affaires des mortels. Retirés loin de Mirgard, ils ont cependant confié à la Dame des Songes et à ses trois demi-sœurs, les Ténèbres, la tâche de veiller sur les humains. Aujourd'hui, dans le royaume de Walroek, le jeune forestier Janes Oelsen, dont les parents n'ont jamais pu comprendre le caractère rêveur et la juvénile impétuosité, entre en possession d'une mystérieuse carte à la suite d'un pari. Accompagné de sa fidèle chouette Flocon, il va partir pour le château maudit de Nartchreck où, à en croire les légendes, repose un fabuleux trésor...

Winterheim.jpg

Mon avis. J’apprécie beaucoup l’écriture de Fabrice Colin et ce n’est pas Winterheim qui va me faire changer d’avis, bien au contraire.

J’ai d’ailleurs vérifié que cette trilogie a été écrite après les autres romans déjà lus de l’auteur ; personnellement, si je n’en avais rien su, j’aurais plutôt eu tendance à penser le contraire, tellement ce récit m’a paru superbement travaillé dans son écriture, comme s’il était empreint d’une belle maturité scripturale… C’est probablement l’œuvre que j’ai préférée jusqu’à présent…

Les descriptions sont superbes - tout comme la couverture - et à la mesure des grandioses paysages glacés traversés, vaille que vaille, par les protagonistes ; dans un registre tout à fait opposé, "atmosphèrement parlant", un passage m’a beaucoup marquée, réminiscence de pages zoliennes lues voici quelques dizaines d’années : celui de la découverte de La Fournaise, à savoir la gigantesque cuisine du château dans laquelle Janes sera amené à travailler avant de se laisser emporter, bon gré mal gré, par son propre destin. La Fournaise est un lieu dans lequel chacun a une tâche bien précise à effectuer et les groupes sont soudés les uns avec/contre les autres ; on sent que cette immense gueule semble réclamer son lot de sacrifices. Hé bien, ce passage m’a rappelé celui du Ventre de Paris, lorsque Zola décrit les Halles, avec chaque "spécialité".

Une poésie mélancolique teintée de neige et de givre crée une atmosphère magique, dans tous les sens du terme, à travers ce récit d’un autre temps qui nous emporte sur les rivages d’une culture méconnue pour moi : la mythologie nordique.

Il m’est totalement impossible de résumer ce récit dense et d’une belle longueur, tellement les péripéties et les personnages foisonnent. Il y est question de Faeders, de Dragons, de Drakkens ; de Janes et Livia ; de conflits entre les uns et les autres avec, comme fil(s) conducteur, ce Fils des Ténèbres aux prises avec des forces qui, apparemment, le dépassent.

Le premier tome s’ingénie à pousser sur le devant de la scène celui qui deviendra donc le héros, Janes Oelsen ; la suite s'engage dans La Saison des conquêtes avant de se terminer avec La Fonte des rêves.

À noter qu'à côté de La Nuit, ou encore Janes lui-même, pour lesquels j'ai eu un "petit faible", j'ai éprouvé de la compassion pour les Dragons...

   "Les lumières de la ville s'étaient allumées les unes après les autres. Aux yeux des nymphes joyeuses batifolant sous les cascades, Yslen de Lys offrait un spectacle magnifique, une guirlande scintillante serpentant dans les ténèbres.

   À l'approche du château, les ruelles de la cité s'animaient d'une ardeur nouvelle. Les habitants avaient revêtu leurs plus beaux atours : pour les femmes, capes fourrées et robes flottantes, traînes immenses de soie précieuse ; pour les hommes, uniformes et blasons, ou bien costumes d'apparat, avec des bottes bien cirées. Partout des enfants, des enfants par dizaines, déguisés et grimés, telle fillette habillée en fée, une paire d'ailes collée sur le dos, tel autre garnement se rêvant chevalier-poète, un balai pour seule monture, tous criant, tous chantant leur bonheur - et les ruelles dévalées, les courses folles, le tourbillon de la vie.

   Il s'était mis à neiger." [p. 277]

22:46 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

Ce livre est dans ma PAL et je dois dire qu'il me fait envie. Surtout la magnifique couverture, ajouter à cela ta chronique qui donne envie de le découvrir.

Écrit par : BlackWolf | 19/06/2012

Répondre à ce commentaire

Figure-toi que je suis allée voir si tu l'avais "chroniqué" ; j'étais curieuse de connaître ton avis. Ce sera p-ê pour bientôt ;-)

Écrit par : paikanne | 19/06/2012

c'est vraiment tentant ce livre

Écrit par : dictionary | 20/06/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.