02/05/2012

L'Enfant du fantôme, Sonya Hartnett

Présentation. Née en Australie au début du XXe siècle dans une famille aisée, Maddy est une enfant solitaire, étrangère dans sa propre maison, qui rêve d'une vie pleine de mystère. Alors le jour où, sur une plage, elle croise Plume, qui n'a aucune attache et ne possède rien, Maddy sent le sable s'ébouler sous ses pieds et les vagues lui répéter encore et encore le même mot. Elle s'éprend de sa liberté et de son parfum d'impossible, cherche malgré elle à l'apprivoiser...

Une histoire douce-amère d'amour et de renoncement, mais aussi de courage et de réalisation de soi. Une fable lumineuse servie par la langue singulière de Sonya Hartnett, qui dit si bien la nature australienne, empreinte d'ancestrales légendes.

enfant fantome.jpeg

Mon avis. De ce livre et de cette auteure, je n’avais jamais entendu parler et c’est en lisant le billet de Stéphanie que mon attention a été attirée. Un billet qui met tellement bien en mots ses impressions que je me suis aussitôt procuré le roman et cela, d’autant que je trouve la couverture sublime (ceux qui me lisent régulièrement savent combien la couverture a, selon moi, toute son importance). Je soupçonnais que je risquais d’apprécier cette histoire. Pari gagné.

Je sais pourtant d’ores et déjà qu’il me sera difficile d’évoquer avec bonheur ce court récit dans le sens où, quoi que je puisse en dire, ce sera largement en deçà des pages enchanteresses écrites par Sonya Hartnett.

Ce roman n’est pas de ceux que l’on raconte, il est de ceux qui se goûtent et que l’on vit de l’intérieur, si l’on y entre. Et d’emblée, j’y suis entrée, ouvrant grand les portes de cet horizon de bleu, je me suis immergée dans la mer des mots, à l’unisson des vagues, la faune, la flore, le vent, la légèreté de Plume. Je dirais que ce récit est un conte, un de ceux où l’indicible et impossible bonheur côtoie la mélancolie, avant de conduire vers une certaine sérénité.

Maddy est touchante dans son espoir de (re)trouver son père dépouillé de son armure ("l'homme de fer"), dans son désir de vivre en harmonie avec Plume ou encore lorsque le vide en elle se fait trop présent…

Lorsqu'arrivera le crépuscule de ma vie, j'aimerais pouvoir ressentir les choses comme Maddy :

   "Matilda était à présent au sommet de la montagne et, se retournant sur le chemin parcouru, elle était heureuse de ce qu'elle voyait." [p. 148]

Il me semble que c’est un roman à garder précieusement, à relire, mais aussi à offrir, à partager.

   " - [...] Est-ce que c'est ça la vie - se contenter de ce que l'on peut avoir quand on ne peut obtenir ce que l'on désire profondément ? [...] Des images dans la tête, plutôt que la chose bien réelle entre les mains ?" [p. 43]

Traduction : Fanny Ladd et Patricia Duez.

17:21 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) |

Commentaires

Oh, un billet qui me dit que ce roman ne peut que me plaire .... :-)

Écrit par : Jacqueline | 02/05/2012

Répondre à ce commentaire

J'ai vraiment été conquise :-)

Écrit par : paikanne | 02/05/2012

Merci beaucoup pour cette présentation :) Marie

Écrit par : caf.fr | 03/05/2012

Répondre à ce commentaire

Tu en parles bien; je suis tenté!

Écrit par : Philippe D | 06/05/2012

Répondre à ce commentaire

Je passe pour, tout d'abord, te souhaiter une bonne fête qui, on le dirait bien, se dérouler par un dimanche ensoleillé.
Ensuite, je voudrais te remercier pour le prêt de ce livre que je viens de terminer.
Je ne suis malheureusement pas aussi enchanté que toi.
J'ai aimé l'écriture très poétique de l'auteure mais l'ensemble ne m'a pas enthousiasmé.
Je n'ai pas aimé du tout la partie où l'héroïne part à la recherche de son mari, où elle parle aux animaux et au vent.
J'ai beaucoup aimé les mots employés, j'ai aimé le style, pas trop le contenu.
Merci de m'avoir permis de découvrir ce titre.
Bon dimanche à toi et à toute ta famille.

Écrit par : Philippe D | 13/05/2012

Répondre à ce commentaire

Merci :-) Cette partie n'est pas non plus celle que j'ai j'ai préférée mais j'ai trouvé qu'elle s'intégrait de manière très harmonieuse dans ce bel ensemble...

Écrit par : paikanne | 13/05/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire