16/04/2012

Sérum, Saison 1, Épisode 2, Henri Lœvenbruck, Fabrice Mazza

Présentation.

1773 : Mesmer invente l'hypnose - 1886 : Freud invente la psychanalyse - 2012 : Draken invente le sérum.

Une injection. Sept minutes pour accéder au subconscient profond d'Emily Scott. Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques. Quelques jours pour empêcher le pire. Mais quand les morts suspectent se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

sérum2.jpg

Mon avis. Aïe, aïe, aïe (!)… il va falloir, cette fois, bel et bien attendre plusieurs mois avant de pouvoir lire l’épisode 3…

Aussitôt reçu, aussitôt lu, d’autant que l’épisode 1 était encore tout frais dans ma mémoire ; cela dit, une idée judicieuse est mise en œuvre dans le récit : des extraits placés au début rappellent les éléments majeurs du premier tome.

Les personnages poursuivent leur "petit bonhomme de chemin" (façon de parler). Un Draken toujours aussi mystérieux tâche d’aider Emily dans son combat destiné à faire tomber le voile qui occulte certains de ses souvenirs. Mais quelle confiance accorder au psychiatre ? Je n’ai pas encore pu prendre de décision à son sujet. Lola, pour sa part, se débat afin de continuer à apporter son soutien à Emily, tout en étant profondément perturbée par l’état de santé de son frère… Quant à celui-ci, le lecteur se demande aussi sur quel pied danser. Enfin, "l’homme au chapeau" renforce sa présence redoutable alors qu’apparaît un couple particulier destiné à jouer un rôle majeur au milieu de cet imbroglio.

Il vaut mieux que vous prévoyiez de ne pas être forcé d'interrompre votre lecture si vous vous lancez dans la suite de cette aventure : les parties sont le plus souvent très courtes et chaque fois, on se dit qu’on va lire la suivante, et la suivante, et… jusqu’à ce que l’on arrive à la fin, presque essoufflé, dépité que le récit se termine sans que l’on n’ait la possibilité de poursuivre. Et cela, d'autant que la dernière phrase attise la curiosité… et que des extraits du troisième épisode nous mettent encore davantage sur le grill !

Dommage que les volumes soient si courts, on se retrouve très vite en manque de… Sérum.

laura-allen.jpgN.B. 1 : puisque j’ai évoqué précédemment le Capitaine Dobey (Bernie Hamilton) auquel je ne peux m’empêcher de songer dès qu’intervient le supérieur de Lola, voici une photo de "mon Emily", celle qui m’est venue tout de suite à l’esprit en découvrant ce personnage, principalement sans doute en raison du prénom parce que Laura Allen incarnait Lily dans Les 4400.

N.B. 2 : merci à Mizou qui m’a prêté les intégrales de La Moïra et Gallica : de la lecture en perspective pour cet été ;-)

Encore un grand merci aux Éditions J'ai Lu ; pour la musique du 2, ce sera bientôt ICI.

14:06 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

Tu parles que je vais aller acheter la suite quand il va sortir, j'ai beaucoup aimé.

Écrit par : Laure | 16/04/2012

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour cet avis. Il est dans ma liste de prochaines lectures !
Marie

Écrit par : Femme de ménage Paris | 17/04/2012

Répondre à ce commentaire

"Sérum" te tient en haleine ..... tu as été bien "piquée" :-))))
Je dois avouer que les références à Dobey (St... et H...) et aux "4400" ne m'évoquent rien ..... car je ne connais ces séries que "de nom" !

Écrit par : Jacqueline | 17/04/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire