15/04/2012

Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg

Présentation. "La dernière nasse était particulièrement lourde et il cala son pied sur le plat-bord pour la dégager sans se déséquilibrer. Lentement il la sentit céder et il espérait ne pas l'avoir esquintée. Il jeta un coup d'œil par-dessus bord mais ce qu'il vit n'était pas le casier. C'était une main blanche qui fendit la surface agitée de l'eau et sembla montrer le ciel l'espace d'un instant.
Son premier réflexe fut de lâcher la corde et de laisser cette chose disparaître dans les profondeurs..."
Un pêcheur de Fjällbacka trouve une petite fille noyée. Bientôt, on constate que Sara, sept ans, a de l'eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu'un l'a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une petite fille ?

Alors qu'Erica vient de mettre leur bébé au monde et qu'il est bouleversé d'être papa, Patrik Hedström mène l'enquête sur cette horrible affaire. Car sous les apparences tranquilles, Fjâllbacka dissimule de sordides relations humaines - querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles - dont les origines peuvent remonter jusqu'aux années 1920. Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps. Mais lui vouer une haine éternelle.

tailleur pierre.jpg

Mon avis. Jusqu’à présent, j’avais lu La Princesse des glaces de C. Läckberg et je comptais poursuivre dans l’ordre de parution des livres mais j’ai reçu dernièrement en prêt Le Tailleur de pierre, c’est pourquoi je suis passée directement du 1 au 3.

Le livre plonge d’emblée dans le sordide avec la découverte du cadavre d’une petite fille du village ; elle s’est noyée. Mais bien vite, les analyses révèlent que sa mort n’est pas accidentelle et c’est l’équipe de Patrik Hedström qui est chargée de l’enquête.

À la différence de La Princesse des glaces, le récit est cette fois centré sur Patrik alors qu’Erica tâche tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau (!) avec la naissance de la petite Maja : elle est épuisée, le bébé ne lui laissant que peu de répit, et a l’impression de n’être plus qu’une "vache à lait". Patrik est bien conscient de la souffrance de sa compagne mais outre le fait qu’il se sent profondément impuissant, il se retrouve bien vite accaparé par l’assassinat qui requiert toute son attention car les pistes sont minces.

Une fois entrée dans le récit, je n’avais qu’une envie : découvrir de quelle manière les pièces du puzzle allaient s’imbriquer les unes dans les autres. Car le roman part dans tous les sens, alternant retours dans les années vingt et époque contemporaine et dans cette dernière, les passages, parfois courts, mettent en lumière, tour à tour, chacun des protagonistes jouant de près ou de loin un rôle dans cette intrigue. Quelques lignes sont parfois nécessaires avant que l’on ne reconnaisse le personnage dont il est question mais ces changements de point de vue ne nuisent jamais à la compréhension du texte. Bien au contraire, le lecteur en apprend ainsi bien davantage que les policiers, y compris d’ailleurs par la suite, à propos du "mobile" de l’assassin.

Les soupçons se portent sur différents personnages et le lecteur s’interroge à qui mieux mieux ; progressivement, se tisse une toile à partir de chacun des éléments mis en lumière et l’on finit par comprendre le rapport entre ce fameux "tailleur de pierre" et le meurtre. En revanche, certains "comportements" évoqués ne trouvent pas leur place dans cet ensemble relatif au drame, à moins que je ne sois passé à côté de quelque chose ? 

Quant au style, il est toujours aussi efficace malgré, à nouveau, des erreurs dans la ponctuation.

Je lirai bien volontiers d’autres épisodes de vie d’Erica et/ou Patrik…

Traduction : Lena Grumbach et Catherine Marcus

12:53 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8) |

Commentaires

Et si cette petite fille n'était pas gentille, et si elle ne mangeait pas bien sa soupe ? Hop dans la baignoire. Pendant la guerre les allemands nous ont appris son usage. Bon il ne faut jamais aller trop loin, ça peut cependant arriver à tout le monde de se tromper sur le temps d'apnée d'une petite fille, non ? LOL

Écrit par : Jeanmi | 15/04/2012

Répondre à ce commentaire

J'ai bien aimé ce tome ci! J'ai aussi apprécié que Patrik tienne le devant de la scène.
Dommage pour le fil conducteur que tu n'ais pas pu lire le 2 avant celui ci.

Écrit par : Nelfe | 15/04/2012

Répondre à ce commentaire

Ce sera p-ê pour plus tard ;-)

Écrit par : paikanne | 17/04/2012

J'ai lu les deux premiers tomes de la série ...... et je compte poursuivre ..... quand j'aurai fait diminuer ma Pal .... :-)

Écrit par : Jacqueline | 16/04/2012

Répondre à ce commentaire

Ah, cette fameuse PAL qui diminue si peu ;-)

Écrit par : paikanne | 17/04/2012

Moi, je suis passée directement du 1 (que je n'avais pas vraiment aimé) au 4 (histoire de voir si ça c'était amélioré). Je ne suis pas convaincue du résultat.

Écrit par : Valérie | 18/04/2012

Répondre à ce commentaire

Je le termine et j'ai beaucoup aimé le fait que tous sont suspectés à un moment ou l'autre. Le rythme est assez lent et ces nombreuses possibilités mettent du piment dans l'histoire.
Par contre, j'avais déjà trouvé qu'Erica est geignarde enceinte, mais là... Les Suédoises sont-elles de faibles femmes ?

Écrit par : argali | 27/01/2013

Répondre à ce commentaire

était geignarde
J'ai envoyé sans me relire !

Écrit par : argali | 27/01/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire