19/03/2012

Silence, Becca Fitzpatrick

Présentation. Quand elle se réveille dans le cimetière où repose son père depuis des années, Nora est perdue. Que fait-elle ici en pleine nuit ? Et qui est cet étrange personnage vêtu de noir dont l'image la poursuit ? Sous le choc, la jeune fille va comprendre qu'elle a disparu depuis plusieurs mois et qu'elle ne garde aucun souvenir de cette période.

Alors qu'elle tente de reprendre une vie normale, Nora est hantée par des visions surréalistes des habitants de son passé dont elle avait oublié l'existence. Parmi eux, l'énigmatique Jev, qui semble en savoir beaucoup plus sur son compte qu'il ne veut bien l'admettre. En allant à la recherche de son histoire, Nora ignore qu'elle s'engage dans un conflit séculaire dont il lui sera difficile de sortir indemne.

silence.jpg

Mon avis. Silence est arrivé vendredi dans ma BAL (grand merci MsK) et comme j’avais alors définitivement décidé d’abandonner ma précédente lecture, je me suis d’emblée plongée dans ces retrouvailles avec Nora.  Autant être claire : des trois tomes, à celui-ci va ma préférence.

Il est vrai que je partais avec un a priori positif après avoir lu çà et là quelques éléments de critiques et j’avais l’intuition que je risquais d’aimer ce volume.

Si j’avais gardé en mémoire la dernière scène de Crescendo, je dois bien avouer qu’à nouveau, j’avais oublié la différenciation entre archanges, déchus, néphils… et ce qui "arrangeait les bidons" (si vous me permettez cette expression belge familière), c’est qu’au début du récit, Nora reprend ses sens au beau milieu du cimetière de sa bourgade, complètement amnésique. Elle apprend rapidement qu’elle a disparu depuis quelques semaines déjà et elle ne se rappelle plus les cinq derniers mois de sa vie, obscurcis par une brume opaque qui, de manière fugace, se déchire de temps à autre en des espèces de flash qu’elle n’arrive pas à fixer… 

J’ai ainsi pu apprécier, en même temps que Nora, la découverte progressive de pans de son passé récent : une manière particulièrement judicieuse de remettre les pendules à l’heure. En outre, la jeune fille semble avoir mûri, laissant derrière elle les doutes incessants qui avaient parfois eu l’art, auparavant, d’être agaçants.

Côté personnages, Vee est nettement moins présente (gentiment envahissante ?) que précédemment ; Scott réapparaît et je l’ai trouvé très touchant ; le "méchant" est "épidermiquement immonde" ; quant à Patch, il demeure toujours aussi craquant.

Il ne me reste plus qu’à attendre l’apothéose finale…

Traduction : Marie Cambolieu.

17:32 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire