21/02/2012

Fille des chimères, Laini Taylor

Présentation : L'amour impossible d'un ange et d'une chimère, une guerre millénaire entre deux peuples...
Des ruelles de la Prague d'aujourd'hui à un monde sombre et fabuleux, la quête identitaire d'une héroïne passionnante.

Karou remplit ses carnets de dessins de monstres qui sont peut-être réels. Elle a 17 ans, parle de nombreuses langues - pas toutes humaines - et ses cheveux bleus poussent de cette couleur. Une question la hante : Qui est-elle ?

chimères.jpg

Mon avis : c’est grâce à Gallimard Jeunesse et Onlitplusfort que j’ai eu l’occasion de lire ce récit dont je n’avais, je dois l’avouer, jamais entendu parler. A priori, je n’étais emballée ni par la couverture, ni par ce que m’en présentait la 4e de couverture. A priori seulement car, voici quelques jours, je me suis lancée dans la lecture des premières pages et bien vite, la curiosité l’a emporté.

C’est ainsi que j’ai découvert Karou, jeune fille aux longs cheveux bleus qui poursuit, à Prague, des études artistiques, en compagnie de sa seule amie, Zuzana. Ça, c’est pour le côté pile, la façade extérieure, car côté face, il se trouve que Karou parle un grand nombre de langues, pas toutes humaines, et sert de "commissionnaire" à une espèce de sorcier, Sulfure, une chimère plus exactement. Karou voyage ainsi par le monde, tout simplement en franchissant des portes bien précises.

Mais Karou s’interroge car elle pressent confusément qu’elle n’est pas uniquement celle qu’on veut lui laisser croire ; en effet, des impressions, des images fugaces, s’imposent à elle, sans qu’elle sache d’où elles surviennent. Et si Karou sait très bien ce qu’elle est chargée de rapporter à Sulfure lors de chacune de ses "escapades", de plus en plus fréquentes dernièrement, elle ignore ce qu’il fait de ces objets et cela la contrarie, même si, jusqu’à présent, elle a préféré enfouir au fond d’elle ce malaise. Jusqu’au jour où elle rencontre Akiva, un être éblouissant, à la beauté sublime. Une rencontre qui ne les laissera pas indemnes. Ni l’un. Ni l’autre.

La première partie dévoile au lecteur, par petites touches, le quotidien ordinaire et extra-ordinaire de Karou et progressivement, se dessine le portrait de la jeune fille. On entre ainsi très vite régulièrement dans un monde à part. Et si Karou se cherche continûment, ce sera d’autant plus le cas à partir de sa rencontre avec Akira. Or les jeunes gens appartiennent à deux mondes ennemis depuis des temps immémoriaux et il est inconcevable pour tous qu’ils puissent se lier de quelque manière que ce soit. Pire : il est inimaginable qu’ils ne cherchent pas, d’emblée, à tuer l’autre.  Roméo et Juliette, à la sauce chimère angélique…  La suite replonge alors dans le passé afin d’évoquer les prémices de cette histoire particulière.

Le propos, à cet égard, n’est pas véritablement original mais le traitement qui en est fait, oui, et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ces personnages hors du commun, dans des univers variés, décrits dans des mots aux tonalités poétiques.

Une remarque cependant : la fin, que j’ai appréciée,  se suffisait à elle-même ; il ne me paraissait pas nécessaire de poursuivre l’aventure…

Parution le 8 mars 2012.

11:03 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Un billet lu avec beaucoup de plaisir, comme toujours ....même si, comme tu le sais, "fantasy, dystopie et autre ....", cela ne m'attire pas du tout ! :-)))

Écrit par : Jacqueline | 22/02/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire