22/11/2011

Rien ne s'oppose à la nuit, Delphine de Vigan

Présentation : "La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. […]"

Merci à PriceMinister qui m'a donné l’opportunité de recevoir ce livre de Delphine de Vigan, auteure que je n’avais jamais lue jusqu’à présent ; ce fut l'occasion de participer à cette "Rentrée littéraire" 2011.

devigan.jpg

Mon avis ? Il m’est quelque peu difficile de donner mon avis sur ce récit dans le sens où j’ai l’impression que je ne peux nullement me le permettre, moi, tant il serait malvenu de "porter un jugement", en quelque sorte.

Alors je vais me contenter d’évoquer pêle-mêle quelques impressions ressenties au fil du texte, après avoir été attirée, d'abord, par la superbe couverture...

La première, c’est que le texte se lit aisément (si j’ai pris mon temps, c’est que ce "roman" était lu uniquement le soir) et que j’en ai véritablement goûté l’écriture qui arrive à devenir poésie malgré la dureté du propos. Il s’agira que je poursuive ma découverte de l’auteure, ne serait-ce que pour retrouver cette saveur.

À plusieurs reprises, je me suis dit (car c'est un livre qui donne à "cogiter", inévitablement) que les actes que l’on pose peuvent avoir des répercussions que l’on est loin de mesurer ; combien le passé peut-il devenir source de bien des dégâts. Apparents. Ou non. Ou à travers les mots écrits après. Ou pendant. Et cachés. Ou pas. 

Le cheminement de Delphine de Vigan est interpellant : très souvent, elle s’interroge sur la pertinence, sur le besoin, sur le droit, sur le devoir d’écrire (sur) Lucile ; le lecteur aussi. Quel parcours difficile à retracer. Dur. Empreint de souffrance, exprimée et aussi tellement indicible. Quel poids terrible à porter pour Lucile que cette cellule familiale (ce père) grandement éprouvée par le malheur ; quel poids aussi pour ses filles, Delphine et Manon, souvent obligées d’inverser les rôles théoriquement dévolus à la mère et aux enfants. Devoir soutenir, vaciller, en tentant de ne pas être submergées.

Finalement, j’ai été touchée et véritablement bouleversée par moments ; à d’autres, je suis davantage restée à distance, sans que rien ne l’explique vraiment…

19:28 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8) |

Commentaires

J'ai acheté ce roman car j'ai vraiment été "happée" par la couverture .... et, pour avoir lu le début en librairie, par le propos et l'écriture.
Une lecture touchante, bouleversante par moments ....et, comme toi, j'ai été "en retrait" à d'autres.
J'ai particulièrement aimé la première partie du récit.
Un livre à lire !

Écrit par : Jacqueline | 22/11/2011

Répondre à ce commentaire

Je me demandais justement si tu l'avais déjà lu ;-)

Écrit par : paikanne | 22/11/2011

Paikanne, si tu consultais régulièrement le post "Vos livres : coups de coeur ou non" de "notre site", tu ne te serais pas posé la question ..... :-)))

Écrit par : Jacqueline | 22/11/2011

Répondre à ce commentaire

Je consulte mais n'étais plus certaine et ne suis pas allée re-parcourir les pages ;-)

Écrit par : paikanne | 22/11/2011

Peut-on regrouper autant de malheurs dans une même famille? J'ai beaucoup aimé ce livre mais je me demande quand même si ce n'est pas surfait. Au début, je me suis demandé si ce n'était pas une fiction.
Si tout est vrai, chapeau d'avoir survécu à ça!
Bonne fin de semaine.

Écrit par : Philippe D | 23/11/2011

Répondre à ce commentaire

vais me laisser tenter

Écrit par : lara.c | 25/11/2011

Répondre à ce commentaire

je l'ai lu aussi et j'ai beaucoup aimé. Je me suis posée pas mal de questions. Je lis peu d'histoire autobiographique, c'est le deuxième que je lis et dont je laisse un petit avis sur mon blog, je suis impressionnée par la force, et la manière dont les personnages s'en sorte

Écrit par : Vanilla | 11/12/2011

Répondre à ce commentaire

Bilan très mitigé pour ma part... J'ai voulu abandonner cette lecture de nombreuses fois car je me sentais un peu mal à l'aise de lire des choses trop intimistes, car certains propos étaient trop durs à supporter pour moi... Mais en même temps j'ai été totalement happée, il m'a été très difficile de sortir la tête de ce livre... Etrange sentiment donc!

Écrit par : Marion | 14/03/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire