08/10/2011

La belle amour humaine, Lyonel Trouillot

Je remercie PriceMinister qui, dans le cadre des "Matchs de la Rentrée Littéraire" m’a permis de lire ce roman ; c’est une première pour moi de découvrir si rapidement un livre lié à cette actualité.

Présentation : dans un petit village côtier d'une île des Caraïbes, une jeune Occidentale est venue, sur les traces de son père, éclaircir l'énigme aux allures de règlement de comptes qui fonde son roman familial. Au fil de récits qu'elle recueille et qui, chacun à sa manière, posent une question essentielle – "Quel usage faut-il faire de sa présence au monde ?" –, se déploie, de la confrontation au partage, une cartographie de la fraternité nécessaire des vivants face aux appétits féroces de ceux qui tiennent pour acquis que le monde leur appartient.

belle amour humaine.jpgMon avis ?  Si vous recherchez avant tout de l’action, si être pressé(e) de tourner les pages est important pour vous, il est sans doute plus judicieux de passer votre chemin.  En revanche, si vous avez envie de vous laisser (trans)porter par le rythme des mots, comme une vague qui vous remue au gré des phrases (la mer n'est jamais loin), alors, alors, je vous recommande de plonger.

L’intrigue, si tant est que l’on puisse parler d’intrigue, est ténue : Anaïse, une jeune Occidentale, s’en vient à Anse-à-Fôleur, petit village des Caraïbes sur les traces de son père qu’elle n’a pas connu, ou si peu. Elle sait juste qu’il a quitté son pays à la suite de l’incendie de la demeure familiale, incendie qui a par ailleurs causé la mort de son grand-père. La maison "jumelle" a aussi été la proie des flammes et son propriétaire y a également laissé la vie. Or les deux hommes étaient "amis" : Robert Montès, hommes d’affaires pas très net, pingre, soucieux de lui uniquement, et Pierre André Pierre, colonel à la retraite, poigne de fer dans un gant… de fer.

Le premier narrateur, celui de la première partie, la plus longue, intitulée Anaïse, c’est Thomas, le guide de la jeune fille, celui qui va lui faire la conversation en un long monologue sur ce pays qu’elle découvre, côté ville et côté village, côté bruit et côté silence.

"Là-bas, les gens, ils braient pas comme ici. Quand ils optent pour le silence, même le rire leur passe par les yeux. Et lorsqu’ils parlent, y a encore du silence caché derrière leurs mots." [p.23]

Offrant questions et réponses, il raconte, un peu, par bribes, tel un balancier, ce que furent, tour à tour, Robert Montès et Pierre André Pierre ou Pierre André Pierre et Robert Montès.

Une courte deuxième partie (Thomas) s’offre à nous par la voix d’Anaïse que tout ramène à la question "Quel usage faut-il faire de sa présence au monde ?

Enfin, la troisième partie (La belle amour humaine, comme le titre tracé sur la couverture au superbe lissé) adopte la narration à la 3e personne, comme si tout un chacun devait s’y retrouver, d’une manière ou d’une autre, s’il a réfléchi sur "l’usage qu’il doit faire de sa présence au monde".

 "… tous les lieux sont bons pour jouer sa partition dans la musique du monde." [p. 170]

La belle amour humaine sur PriceMinister

22:17 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) |

Commentaires

Quel joli billet. j'ai vraiment pris beaucoup de bonheur à te lire et je trouve que les mots que tu choisis reflète à merveille l'atmosphère que tu nous présentes dans ton résumé et ta mise en garde.
Cependant, le résumé ne me tenant pas plus que cela, voilà un livre que je ne vais pas ajouter à ma PAL déjà énorme !

PS : c'était ton choix ou un des livres "cadeau" que tu as reçu ? Moi j'ai eu "1Q84" (mon choix) et en cadeau "Des vies d'oiseaux" (qui a l'air bien) et "Limonov" (ce dernier ne me tentant pas du tout, mais alors pas du tout)

Écrit par : Cajou | 10/10/2011

Répondre à ce commentaire

C'était mon choix et je suis "en attente" de Rien ne s'oppose à la nuit et Freedom.

Écrit par : paikanne | 10/10/2011

Celui-ci est déjà dans ma PAL, il faut juste que je trouve le temps...

Écrit par : oops | 17/10/2011

Répondre à ce commentaire

L'écriture est belle mais ce looong monologue de la première partie m'a un peu fatiguée :) Mais l'histoire n'est pas inintéressante. En tout cas, j'aime beaucoup ta chronique.

Écrit par : Frankie | 15/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci :-)

Écrit par : paikanne | 15/03/2014

Écrire un commentaire