02/10/2011

Le Sixième Commandement, William Muir

Présentation : "Vous avez bel et bien voté il y a deux ans au référendum concernant la peine de mort. Vous avez voté en sa faveur et vous saviez que vous pourriez à un moment quelconque être appelé à intervenir au cas où une exécution aurait lieu".

Jusqu'à ce qu'il soit convoqué au ministère de la Justice, William Riley menait une petite vie tranquille, sans grand intérêt : il s'occupait de sa fille un week-end sur deux, allait au pub avec son meilleur ami, faisait des rencontres d'une nuit... Et soudain, coup de tonnerre : il doit participer à la pendaison d'un meurtrier ! Riley, pour la première fois de sa vie, va devoir affronter les conséquences de ses actes.

6e commandement.jpg

Un grand merci à Babelio et Folio pour ce partenariat.

Mon avis ?  Si je vous dis que j’ai commencé ce livre vendredi et terminé le lendemain, je pense que vous risquez d’avoir une bonne idée de mon appréciation. Et effectivement, j’ai été accrochée par l’histoire dès le début ; c’est toujours agréable "d’entrer dans un livre" dès les premières pages.  Ce fut le cas ici.

On découvre William Riley Scott, alias Riley, étonné de découvrir un "beau" matin, dans son courrier, une lettre émanant du ministère de la Justice et de l’Administration pénitentiaire. C’est que Riley, quelques années auparavant, a coché la case "oui" lors du référendum relatif au rétablissement de la peine de mort au Royaume-Uni. Jusque-là, rien de grave - pour lui s’entend - sauf que cet acte l’engageait à agir, en cas de convocation, lors d’une exécution. Il se fait que, justement, le moment est arrivé même s’il n'avait, bien évidemment, jamais songé à cette éventualité.

S’ensuivent alors les démarches entreprises par Riley afin d’échapper à cette "tâche", lui qui n’avait pas mesuré la portée de cette croix tracée à la hâte dans un isoloir. Car il est bien évident, maintenant qu’il y pense, qu’il n’est pas question pour lui d’aider le bourreau à accomplir sa fonction, fût-ce pour mettre fin à la vie d'un criminel.

Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est le cheminement intérieur de Riley qui, au fil des conversations échangées avec les acteurs de cette procédure, est bien forcé de se poser des questions sur les implications de son choix passé et cela, même s’il préfère ne pas forcément en trouver les réponses. Si réponses il y a. Occasion pour le lecteur aussi de réfléchir à cette problématique, extrêmement complexe.

En revanche, j’ai peu apprécié le côté "sexuellement actif" du personnage ; je n’ai nullement vu l’intérêt de la chose (!), si ce n'est l’occasion de relâcher "quelque peu" le vocabulaire, si vous voyez ce que je veux dire… Peut-être un lien avec les "instincts primaires" de l'être humain évoqués au fil du texte ?  Ou l'insistance sur le mal-être du personnage ?

Quoi qu’il en soit, c’est un récit intéressant, prenant, interpellant, qui entraîne le lecteur par le bout du nez (à la différence de Riley, si je puis me permettre…)

Ici sur Babelio

12:30 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) |

Commentaires

la couverture est très moche mais apparement le contenu est bien, bonne journée

Écrit par : pom' | 03/10/2011

Répondre à ce commentaire

Un bon moment de lecture, effectivement :-)

Écrit par : paikanne | 03/10/2011

Je ne connais pas du tout mais ça pourrait me plaire.
Bonne semaine.

Écrit par : Philippe d | 03/10/2011

Répondre à ce commentaire

Je peux le prêter si tu veux ; je le laisse à la porterie et tu fais "la grande traversée" ;-)

Écrit par : paikanne | 03/10/2011

Voilà un livre qui m'avait bcp plu sur L.A. mais je n'avais pas été choisie pour le Partenariat. Ton billet confirme l'idée que je m'étais faite à partir du résumé. J'aime bcp cette idée de nous faire réfléchir sur les conséquences de nos actes, même ceux qui nous semblent parfois bien abstraits ou inutiles (comme nos élections par exemple). C'est également une lecture qui serait tout à fait propice aux discussions avec mes élèves sur la peine de mort... sauf peut-être ce que tu dis pour les scènes de "sexe"... voilà donc une bonne raison de me l'acheter pour vérifier par moi-même si mes élèves pourraient le lire !
Merci pour ton billet ^^

Écrit par : Cajou | 10/10/2011

Répondre à ce commentaire

Pour le 3e degré, je suppose que ça irait...

Écrit par : paikanne | 10/10/2011

Écrire un commentaire