29/07/2011

Elantris, Brandon Sanderson

Présentation : il y a dix ans, la sublime cité d’Elantris, capitale de l’Arélon, a été frappée de malédiction. Ses portes sont désormais closes et nul ne sait ce qui se passe derrière ses murailles. Kaë est devenue la première ville de l’Arélon. Quand la princesse Sarène y arrive pour épouser Raoden, l’héritier de la couronne, on lui apprend qu’il vient de mourir. Veuve d’un homme qu’elle n’a jamais vu, Sarène choisit pourtant de rester à la cour, et tente de percer le mystère d’Elantris…

Circonstances ?  D’abord, la critique enthousiaste (c’est peu dire) de Lalou ; ensuite l’organisation de mon concours pour lequel Le Livre De Poche m’a gracieusement offert deux exemplaires du roman : le premier pour un des lauréats, le second pour moi. 

Les avis sur le net étant souvent positifs, j’espérais ne pas être déçue car dans ce cas, le danger est bel et bien présent d’en attendre trop du livre.

elantris.jpgMon avis ?  Si je vous dis qu’il ne m’a fallu que quelques jours pour le lire alors qu’il s’agit quand même d’une brique de près de 800 pages, vous en déduisez quoi ?  Eh bien oui, j’ai beaucoup aimé ce récit et plus j’avançais dans l’histoire, plus j’avais envie d’en connaître la suite…

Il est ainsi question d’Elantris, cité qui dix ans auparavant a perdu sa superbe, ses habitants ont été frappés par une malédiction, le Shaod, qui a littéralement "pestiféré" les Elantriens et continue à toucher régulièrement ceux qui vivent alentour ; ces derniers sont alors enfermés au sein de la cité depuis lors maudite.  La lumière du passé qui nimbait la ville et ses habitants, à la peau argentée et aux cheveux blancs, s’est à tout jamais éteinte et les "prisonniers", à côté de leur délabrement physique, sont condamnés à la souffrance perpétuelle, voire la folie pour les plus atteints, dans des ruines où la crasse et la boue ont droit de cité (!).  La magie de l’Aon Dor n’agit plus.  C’est en ce lieu que va désormais vivre Raoden, lui aussi atteint par la "maladie", alors qu’il attend l’arrivée de sa future femme : Sarène.  Tous (ou presque) le croient mort. 

La princesse Sarène se découvre donc veuve en débarquant en Arélon mais décide finalement d’y rester pour "faire de la politique", car il faut bien reconnaître que c’est une véritable enquiquineuse quand quelque chose ou quelqu’un a éveillé sa curiosité ; en l’occurrence le roi Iadon qu’elle tient vite pour un incapable ou encore le gyorn Hrathen, espèce de Grand prêtre envoyé par le Wyrn pour imposer aux Arélonais le culte de Jaddeth à travers la religion austère du Shu-Déreth, au mépris total de la population.

L’intrigue est dévoilée tantôt à travers Raoden devenu Elantrien ; passés les premiers jours d’observation en compagnie d’un personnage très attachant malgré son côté râleur/pessimiste professionnel, Galladon, il tâche de ne pas sombrer.  Ou pas tout de suite, en tout cas. 

Tantôt, c’est le point de vue de Sarène qui donne le ton ; suspicieuse à tous crins, elle ne s’en laisse pas conter et a décidé de venir en aide à sa cité d’adoption, en s’entourant d’un groupe de nobles mécontents, chacun doté d’une personnalité bien marquée et haute en couleur. 

Enfin, le regard du flamboyant gyorn nous dévoile une force obscure bien décidée à s’emparer du pouvoir grâce à la religion.  Je dois bien reconnaître que dès que les pages étaient centrées sur ce dernier, je ressentais un certain malaise, car je redoutais les dégâts qu’il risquait de faire en Arélon, d’autant que son "bras droit" Dilaf semblait particulièrement exalté, et donc d'autant plus dangereux.

Le texte est très agréable à lire et l’histoire est dense et foisonnante ; quelle imagination ! Des répétitions se font malgré tout parfois un peu ressentir : impossible, par exemple, de ne pas "remarquer" que la boue est omniprésente à Elantris ou bien que Sarène a un fichu caractère à tel point que les prétendants ne se sont jamais bousculés au portillon… tellement ces idées reviennent de manière récurrente.

Les personnages principaux sont dépeints avec beaucoup de précision et certains sont beaucoup plus complexes qu’il n’y paraît à première vue : je pense principalement à Hrathen, probablement l'un de ceux qui évoluent le plus, en réussissant, presque contre nature, à se poser bon nombre de questions... 

À leur côté, les rôles "secondaires" (quoique) apportent aussi beaucoup : Galladon et Karata dans la cité maudite ou encore Kiin, l’oncle de Sarène, Lukel, son cousin, le duc Roial, le séduisant Shuden au sein de Kaë, sans oublier les séons, boules de lumières flottantes au "service protecteur"de certains citoyens.

Une découverte que je vous recommande chaleureusement…

16:18 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (11) |

Commentaires

Ahh, contente qu'il t'ait plu ! Brandon Sanderson a un talent certain pour mettre des mots sur son imaginaire !

Écrit par : Lyra Sullyvan | 29/07/2011

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord ; je vais "devoir" lire Fils-des-brumes, c'est inévitable :-)

Écrit par : paikanne | 29/07/2011

Voilà un livre qui me tente depuis un moment et ta chronique "en rajoute une couche"!! Bon je le note dans mes futurs achats!

Écrit par : Phooka | 29/07/2011

Répondre à ce commentaire

Que de tentations en permanence :-)

Écrit par : paikanne | 29/07/2011

Oh je suis contente que tu l'aies lu, et encore plus que tu l'aies aimé ! Moi aussi j'ai "Fils des Brumes" qui m'attend, et que je me réjouis de lire.
J'apprécie beaucoup ta chronique en tout cas...
Bisous Pascale !

Écrit par : Lalou | 29/07/2011

Répondre à ce commentaire

Tout comme j'avais apprécié la tienne qui m'avait donné envie de découvrir B. Sanderson :-)

Écrit par : paikanne | 29/07/2011

800 pages! Je passe mon tour. Je suis depuis une semaine sur un roman de 700 pages, je n'en vois pas la fin.
Bon weekend.

Écrit par : Philippe d | 30/07/2011

Répondre à ce commentaire

Franchement, cela ne m'a pas pesé, au contraire :-)

Écrit par : paikanne | 30/07/2011

Répondre à ce commentaire

Encore une personne conquise par Sanderson. Et tu va voir ses autres livres sont encore meilleurs, je te conseille vivement la trilogie Fils-Des Brumes.

Écrit par : BlackWolf | 30/07/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai effectivement lu de très bonnes critiques (dont la tienne) et l'ai notée sur ma liste des "achats futurs" (elle doit sortir en LDP en octobre, j'en profiterai).

Écrit par : paikanne | 30/07/2011

J'ai adoré ce roman (comme pratiquement tous les Brandon Sanderson). J'ai trouvé quelques longueurs notamment sur les passages avec Hrathen mais rien de bien méchant mais je n'ai pas fait attention aux répétitions.

Écrit par : Frankie | 19/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire