11/04/2011

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee

Oiseau moqueur.jpg

Présentation : dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche.

Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux États-Unis et dans bien d'autres pays. C'est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise - les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l'enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal.

Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur s'est vendu à plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde entier.

Mon avis : ce récit était dans ma PAL depuis quelques mois et j’ai décidé de commencer mon congé par  cette lecture. Bien m’en a pris ! Je dois avouer que j’avais un peu peur d’être déçue : les avis souvent élogieux lus à son propos avaient peut-être placé la barre très haut ?  Mais nulle déception, au contraire.

On y découvre trois années de la vie de Jean Louise Finch, alias Scout, une petite fille de six ans au début des aventures racontées même si c’est "après coup" qu’elle décide de nous livrer ce pan de vie. Nous sommes dans le Sud des États-Unis, plus précisément à Maycomb, Alabama, dans les années trente. Un lieu et une époque où la ségrégation raciale "prend encore tout son sens".

Scout vit avec son père, Atticus Finch, son frère Jem ainsi que Calpurnia, la cuisinière noire présente à leurs côtés la journée, leur maman étant décédée. Atticus, que les enfants appellent par son prénom (aucune explication n’est donnée à ce sujet), est avocat, féru de justice et d’équité, dans un Sud bien loin de l’être.

Scout est curieuse, attentive à tout, questionne sans relâche : son frère, son père ou toute personne qui gravite autour d’elle. C’est à force de discussions qu’elle apprend, découvre et forge peu à peu son caractère, déjà bien trempé par ailleurs, d’autant que la petite fille se conduit souvent davantage comme un garçon, n’ayant pas peur d’en venir aux poings pour défendre qui de droit.

J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre ses aventures souvent teintées d’humour car racontées à travers les yeux d’une enfant qui peine parfois à comprendre ce qu’elle vit et cela, même si l’on se rend compte de temps à autre qu’elle a des réflexions de l’adulte derrière le personnage, mais peu importe.

Le récit est plein de fraîcheur, touchant de (fausse) naïveté pour évoquer, dans la deuxième partie, un sujet grave lors du procès au cours duquel Atticus est chargé de défendre un jeune Noir accusé d’avoir violé une Blanche, autant dire (tenter de) défendre David face à Goliath.

Les relations entre Scout et Jem, rejoints l’été par Dill, entre les deux enfants et Atticus - un père tellement présent, aimant et généreux malgré (grâce à) son métier prenant - sont "pudiquement attendrissantes", sans mièvrerie aucune, et permettent de comprendre ce qui fait mûrir frère et sœur

Un livre que je recommande chaleureusement…

   "Pour des raisons que les prophètes les plus expérimentés de Maycomb ne comprirent pas, cette année-là, l’automne céda la place à l’hiver. Il y eut deux semaines de très grand froid, tel qu’on n’en avait pas connu depuis 1885 selon Atticus. Mr Avery dit qu’il était écrit sur la pierre de Rosette que lorsque les enfants désobéissaient à leurs parents, fumaient des cigarettes et se disputaient entre eux, les saisons se détraquaient : Jem et moi étions rongés par la culpabilité d’avoir provoqué ces aberrations de la nature et causé des désagréments à notre entourage autant qu’à nous-mêmes."

   "Je dis que j’étais ravie, ce qui était un mensonge, mais on peut mentir dans certaines circonstances et on doit le faire quand on est impuissant devant les choses."

Emballée, j'ai commandé le film réalisé en 1962 par Robert Mulligan, avec Gregory Peck, à partir du roman : Du silence et des ombres/To kill a Mockingbird.  A suivre...

15:02 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (11) |

Commentaires

Je partage, oh combien, ton avis ! J'ai lu ce livre récemment - prêté par Lucy - et ce fut une belle découverte ! :-)))

Écrit par : Jacqueline | 11/04/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai lu ce livre il y a un an ou deux et il m'a laissé un très bon souvenir. J'ai aussi beaucoup aimé.

Écrit par : chrislam | 12/04/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai vraiment été charmée...

Écrit par : paikanne | 12/04/2011

Répondre à ce commentaire

Ma lecture préférée en 2010 !

Écrit par : Frankie | 12/04/2011

Répondre à ce commentaire

un très bon moment de lecture

Écrit par : pom' | 12/04/2011

Répondre à ce commentaire

Oh qu'il a l'air intéressant !! J'aime tellement ta façon de parler des livres que tu as aimé. Difficile de ne pas avoir également envie de les découvrir !
Merci !

Écrit par : Lalou | 13/04/2011

Répondre à ce commentaire

Et re-belote, une nouvelle critique très positive! Je l'ai acheté il y a peu, je vais donc devoir m'y mettre très vite! :)

Écrit par : Flo_boss | 13/04/2011

Répondre à ce commentaire

Je viens tout juste de terminer Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur et c'est définitivement une très belle découverte. Ce livre m'a vraiment émue.

C'est assez étonnant de voir des gens se faire mettre de côté comme ça, parce qu'ils ont une mentalité qu'on qualifierait de "normale" de nos jours... De voir Scout et Jem qui ne comprennent pas vraiment ce qui se passe jusqu'au procès clairement joué d'avance...

J'ai beaucoup aimé ce livre, je comprends mieux pourquoi il est l'une des références de la littérature américaine, il le mérite, c'est certain :)

Écrit par : Luna | 04/07/2011

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord ; une référence bien méritée...

Écrit par : paikanne | 04/07/2011

Répondre à ce commentaire

Il était déjà dans ma wish list ... Effectivement, j'en ai entendu beaucoup de bien, tu ajoutes à ma curiosité !

Écrit par : Mira | 20/07/2014

Répondre à ce commentaire

Il faut le lire :-)

Écrit par : paikanne | 21/07/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire