13/02/2011

Interface, M. T. Anderson

interface.jpg

Présentation : "Le plus génial avec l'interface c'est qu'elle sait toujours exactement de quoi on a envie, parfois même avant qu'on le sache soi-même". Comme celle de tout être humain, la vie de Titus est en permanence conditionnée par son "interface", un émetteur implanté dans son cerveau dès sa naissance. Jusqu'au jour où il rencontre Violet, incroyablement belle mais surtout étonnamment libre, différente. Capable de penser par elle-même et au risque de perdre la vie, elle veut résister à ce pouvoir qui contrôle les agissements et les désirs des hommes. Mais bientôt l'interface de Violet se dérègle. Titus va affronter une vérité à laquelle rien ne l'a préparé…

Mon avis : un grand merci à Livr@ddict et Gallimard Jeunesse pour ce partenariat.  Lorsque j’ai vu que ce récit était publié dans la collection "Pôle Fiction" (prix démocratique !), je me suis dit que je me devais de l’acheter puisque je suis toujours en recherche de titres pour étoffer mes listes de propositions pour mes élèves et puis, ne voilà-t-il pas que je le reçois en partenariat ? Super !

Pourtant, je suis déçue, même si  je l’ai lu très vite.  Le roman se lit effectivement aisément, rien à dire sur ce que l’on appelle communément "le style".  Quatre parties découpées en chapitres relativement courts qui relatent la rencontre de deux "mondes" : celui de Titus et ses amis, parfaitement intégrés dans cette Amérique future en passe d’annexer la Lune, jeunesse tout à fait formatée par le système régi par l’interface, cette puce connectée sur bon nombre de citoyens et grâce à laquelle la communication ne passe plus obligatoirement par les paroles mais par la pensée.  En outre, des informations les plus diverses affluent dans le cerveau presque avant même que le citoyen n’ait posé le regard sur tel ou tel objet.  Car la consommation régit tout et tous.  L’acteur modèle de cette société est le consommateur qui achète alors même qu’il n’a même pas encore commencé à "désirer".  De l’autre côté, Violet ne s’est fait greffer l’interface qu’à l’âge de sept ans et ne cesse de s’interroger sur le monde qu’on tente de lui imposer alors que la pollution a détruit toute vie naturelle et que les êtres humains sont touchés dans leur chair par cette déliquescence généralisée.

De nombreux ingrédients pour faire un récit attrayant, un questionnement tout à fait pertinent sur ce qui nous attend si nous n’y prenons garde.  Pourquoi alors la "sauce n’a-t-elle pas pris" ? 

D’abord, le début m’a sensiblement énervée : la "bande de Titus" est en voyage d’agrément sur la Lune et tous sont tellement blasés qu’ils s’ennuient profondément (vous comprendrez que le verbe  "ennuyer" est ici beaucoup trop faible) ; ils en arrivent même à faire quelques "menues dépenses" pour tenter de passer le temps, l’argent n’étant nullement un problème pour eux.   Gâtés pourris (c’est le cas de le dire, en l’occurrence) !  Ensuite, l’absence d’émotion lors le cheminement des héros m’a franchement rebutée.  Même si cette froideur cadre parfaitement avec le propos et le "conditionnement" de la plupart des personnages, j’ai besoin d’éprouver une certaine sympathie, voire empathie, vis-à-vis de certains d’entre eux pour me laisser emporter par le roman.  Or, je suis restée de glace à leur égard, même s’il est indéniable que Violet se révèle un tant soit peu plus "humaine".  Par conséquent, nulle tristesse de les quitter une fois la dernière page tournée, un goût décidément par trop amer…

 

12:23 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) |

Commentaires

Oh, zut alors...
Moi, je l'ai vu en librairie, hop je l'ai acheté. En même temps que Felicidad, que Le combat d'hiver, que Delirium et presqu'au même moment que Birth Marked... bref, ma période dystopie n'est pas finie...

Je m'attendais à quelque chose de formidable, vu la présentation,... et tu n'as pas aimé :-(

Je le lirai bientôt pour me faire mon avis, j'espère quand même accrocher un peu plus.

Écrit par : Lalou | 14/02/2011

Répondre à ce commentaire

Coucou
Hier impossible de te laisser un commentaire mais apparemment aujourd'hui ça refonctionne!
A lire les blogs c'est rare que la littérature enfantine ne plaise pas et celui-ci en fait partie!
Tu es professeur?
Je te souhaite un bon après-midi!

Écrit par : laeti | 14/02/2011

Répondre à ce commentaire

Lalou, je te souhaite d'apprécier davantage ;-)

Écrit par : paikanne | 14/02/2011

Répondre à ce commentaire

Laeti, skynet était "hors service" hier ; ça refonctionne aujourd'hui, ouf.
Je suis effectivement professeur (français) en 4è en Belgique (= secondes en France). Bon après-midi aussi !

Écrit par : paikanne | 14/02/2011

Répondre à ce commentaire

Qu'il me paraît tentant ... hum !!!

Écrit par : June | 27/02/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire