29/12/2010

Bal de Givre à New York, Fabrice Colin

bal de givre NY.gifPrésentation de l’éditeur : Depuis l'accident, je ne me souviens plus de rien.  Je sais juste que je m'appelle Anna.  Tout est blanc, beau, léger autour de moi.  Pourtant, je sais qu'il y a quelque chose qui ne va pas.  Que je suis en danger.  Il faut que je me souvienne.

Mon avis : tout d’abord, grand merci à Fabrice Colin et aux Editions Albin Michel pour ce livre à la couverture magnifique que je viens de terminer, alors que la neige étend encore son majestueux manteau blanc sur notre plat pays (!).  Ambiance rêvée donc pour une telle lecture, quoique le lire en pleine canicule risquerait d’avoir un effet rafraîchissant.  Deuxième lecture en ce qui me concerne puisque voici quelques mois, j’avais fait partie des heureux élus "relecteurs". 

Une fois ouverte la superbe porte de l’ouvrage (je sais que je me répète), on entre dans un univers new yorkais immaculé, à l’instar du charismatique Wynter (!), obnubilé par le blanc.  Anna, qui peine à retrouver précisément ses souvenirs, se laisse bien vite subjuguer par ce véritable  "prince charmant".  Mais les événements finissent par s’enchaîner très vite, trop vite pour la jeune fille… qui ressent l’atmosphère oppressante, opaque, se refermant peu à peu sur elle.   Des indices çà et là permettent au lecteur d’émettre l’une ou l’autre supposition mais pas, me semble-t-il, d’assembler toutes les pièces du puzzle.  Par conséquent, surtout n’allez pas lire la fin (c’est une chose que personnellement, je ne fais jamais) avant d’y arriver (cela me rappelle - même si je n’étais pas née ! - le film Les diaboliques d’H.-G. Clouzot pour lequel il était demandé en début de film de ne pas en dévoiler le dénouement).

Petit clin d’œil à un personnage que j’ai très apprécié : Jacob, le majordome de Clara, un être "particulier", si discret et tellement présent…

Quant à l'écriture de Fabrice Colin, elle est à nouveau agréable, fluide, comme de légers flocons de neige voltigeant dans le ciel new yorkais.

"Au-dessus de la ville, la mélodie de la pluie se déployait en arpèges, tandis que des milliards de gouttelettes s’écrasaient sur le verre, formant un nuage de vapeur que venaient trouer des projecteurs braqués vers les hauteurs.  Des enfants survoltés sautillaient en écartant les bras."

 

18:26 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5) |

Commentaires

Encore un avis très positif... rah, il me le faudra absolument celui-ci (^-^)

Écrit par : Wilhelmina | 29/12/2010

Répondre à ce commentaire

Bien sûr qu'il va me le falloir aussi!

Mais... quelle chance de faire partie des relecteurs de ce livre dis-moi! Félicitations!

Je vais me le procurer bien vite!

Écrit par : Lalou | 19/01/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai "savouré" ma chance ;-)

Écrit par : paikanne | 19/01/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai de plus en plus envie de le lire, celui-ci...

Écrit par : l0raah_ | 29/01/2011

Répondre à ce commentaire

Je viens de le terminer .... Un peu déconcertée au départ ..... "Tiens Paikanne ne parlait pas de fantastique dans son billet !!!" .... j'ai vite compris qu'Anna était dans le coma ....puis vers la fin, j'ai pensé à une catastrophe .... mais la cause exacte de l'événement fut une surprise ....
J'ai passé un très bon moment de lecture et j'ai beaucoup apprécié la plume de cet auteur que je découvrais ...:-)

Écrit par : Jacqueline | 06/02/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire