26/12/2010

Terrienne, Jean-Claude Mourlevat

terrienne.jpgUn énorme merci aux Éditions Gallimard Jeunesse qui m’ont envoyé le roman à paraître en janvier de Jean-Claude Mourlevat : Terrienne.  Ainsi, quelques semaines à peine après avoir été extrêmement bouleversée par Le combat d’hiver, me voici plongée dans une nouvelle histoire du même auteur car (mais est-ce bien utile de le préciser ?) je n’ai pu résister à la tentation de commencer illico presto ce livre, présent de Noël avant l’heure.  Deux jours et je le refermais, à nouveau subjuguée par cette écriture…

Présentation de l’éditeur : Une quête insensée dans un monde parallèle, un roman à vous couper le souffle !

Après avoir reçu un étrange message de sa sœur Gabrielle, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche.

Accompagnée d’un vieil écrivain en mal de création, rencontré sur la route, elle passe alors brusquement de l’autre côté.  Et découvre un monde parallèle, un univers blanc, aseptisé, glacial. 

Là-bas, les habitants ne respirent pas, ne sourient pas, et les humains sont esclaves.  Au milieu d’eux, elle comprend vite que sa sœur est retenue prisonnière, quelque part, et qu’elle est en danger.

Anne va toute tenter… jusqu’au péril de sa vie.

Mon avis : un récit qui m’a entraînée d’emblée au fil de ses pages, animée par la volonté de découvrir toujours plus ce qu’il allait advenir, tout en le redoutant…  Car l’on sent bien que le danger rôde sans répit  "de l’autre côté" et qu’il ne s’agit pas d’un leurre.  L’atmosphère y est tellement froidement pesante et uniformément aseptisée que l’on peine à respirer, à l’instar d’Anne qui ne peut afficher, ou le moins possible en tout cas, le souffle qui rythme sa poitrine.  La jeune fille a bien vite conscience qu’elle risque sa vie mais elle est déterminée à tout tenter pour essayer de retrouver sa sœur, disparue un an auparavant sans laisser de traces.  Et pour cause : le passage entre les deux mondes n’est pas perceptible par en tant que tel.

"Les autres voyageurs avaient fait basculer leurs sièges.  Bientôt tous sombrèrent dans le sommeil, et il ne resta plus en éveil que ces deux passagers assis tout à l’arrière : le vieil homme et la jeune fille, si différents l’un de l’autre, mais tous deux venus du même ailleurs.  Un ailleurs vertigineusement lointain déjà et qui le devenait plus encore à chaque seconde, tandis que le train traçait comme une balle silencieuse dans le noir compact de la nuit. "

Ainsi, les péripéties s’enchaînent également grâce à des personnages secondaires pourvus d’une réelle consistance et pour lesquels on en arrive vite à s’inquiéter ; je pense particulièrement à Etienne Virgil, l’écrivain profondément insatisfait du roman à paraître qu’il sait mauvais, pressentant que doit survenir "quelque chose d’inattendu, quelque chose que personne n’aurait pu prévoir : ni les deux héros, ni le lecteur, ni même l’auteur.  Personne."  Je songe aussi à Madame Stormiwell, improbable alliée d’Anne, tellement curieuse de la gent humaine : "Nous vérifions que les environs sont déserts et nous nous enlaçons, comme le feraient deux amoureux.  Elle pose sa tête contre ma poitrine et je respire longtemps, pour elle.  Jamais, avant cette folle expérience, je n’ai eu à ce point conscience du trésor que je possède : ce souffle tiède et régulier, ce mouvement profond, ce lien continu et silencieux entre le dedans et le dehors, cette vague invisible qui n’en finit pas de nous emplir et de nous vider…".  J’ai aussi beaucoup apprécié le géant Torkensen, soldat hybride tellement soucieux de "bien faire" pour son ami Bran…

J’ai tellement "pris part" à l’action que j’ai dû faire une pause avant la fin, non pas l’épilogue, mais ce que je sentais être le dénouement et j’avoue que je craignais la suite…

Un roman à lire.  Absolument.

21:04 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) |

Commentaires

Coucou
Enfin en repos aprés avoir travailler le reveillons jusque 1h du mat et le jour de noël...
Pour moi le pere Noël est passé à mon travail mais c'était sympa....
J'ai eu beau patrouiller sur le Péripérique de Paris dans mon véhicule de Police, je ne l'ai pas vu passer..
A ce père noël il est plus mailn que la Police...
Allez Bon noël en retard certes mais j'ai pensé à toi quand même non??
Bisous
Loren't

Écrit par : ici on S'taille de bonne fête | 26/12/2010

Répondre à ce commentaire

le combat d'hiver de cet auteur m'a plu mais sans plus

Écrit par : pom' | 27/12/2010

Répondre à ce commentaire

Merci Loren't... euh... on se connaît ?

Pom, Le combat d'hiver est mon coup de coeur de 2010 ;-)

Écrit par : paikanne | 27/12/2010

Répondre à ce commentaire

Commentaires enthousiasmants. Je le mets sur ma LAL !

Écrit par : lucy | 28/12/2010

Répondre à ce commentaire

Et bien, paikanne... je savais devoir lire "Le combat d'hiver", mais là tu as fini de me convaincre. Il me faut donc ce tome... et ce roman-ci, dont tu parles si bien!

J'ai peur de ma prochaine virée en librairie !!

Écrit par : Lalou | 19/01/2011

Répondre à ce commentaire

Je suis en train de le lire et je viens de passer le "quelque chose d’inattendu que personne n’aurait pu prévoir" qui m'a d'ailleurs assez... bouleversée. Je n'ai pas continué donc je sais pas s'il y aura solution miracle mais pour le coup, j'en suis assez perturbée x) Sinon, j'adhère à l'écriture de l'auteur et à l'univers très oppressant de cet autre monde.

Écrit par : l0raah_ | 29/01/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire