11/11/2010

Le combat d'hiver, Jean-Claude Mourlevat

combat d'hiver.gifQuelle excellente idée que la collection nouvellement née chez Gallimard Jeunesse : Pôle fiction !  Une occasion de proposer des récits pour adolescents à un prix très démocratique.  Je savais depuis un moment que je me devais de découvrir Le combat d’hiver de Jean-Claude Mourlevat : impossible de recevoir autant de récompenses si le récit n’est pas de qualité.  Je me suis donc procuré récemment ce roman et je dois bien avouer qu’aussitôt commencé, j’ai difficilement pu le lâcher.

Présentation de l’éditeur : quatre adolescents, évadés de leur orphelinat-prison, reprennent la lutte perdue par leurs parents quinze ans plus tôt.  Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, semble désespéré. Et pourtant...

Mon avis : après la chaleur napolitaine (cf. billet précédent), je me suis retrouvée dans le froid le plus prégnant en compagnie des adolescents, "héros" bien malgré eux du récit.  Nous accompagnons dans un premier temps Helen et Milena, pensionnaires d’un orphelinat pour filles où la température glaciale n’a d’égale que la froideur des "gardiennes" de la triste bâtisse.  Les jeunes filles sont prisonnières et n’ont, comme exutoire, que le droit, quelques fois sur l’année, de rendre visite à leur "consoleuse ": un peu de chaleur grappillée dans le giron de ces dames particulières.   Mais pour s’assurer du retour en temps et en heure de chaque duo, les bourreaux ont imaginé un système on ne peut plus pervers… 

De leur côté, les garçons connaissent un sort identique dans un orphelinat qui leur est réservé ; nous suivons alors plus particulièrement le sort de Milos et Bartolomeo qui vont incidemment croiser le chemin d’Helen et Milena…

Une dictature féroce règne sur le pays et les quatre adolescents, chacun de son côté, vont découvrir une infime lueur de liberté brillant tout au fond du tunnel glacé… quitte à en payer le prix fort… 

J’ai beaucoup apprécié suivre le destin de ces enfants trop vite grandis auxquels viendront en aide les hommes-chevaux, braves parmi les braves…  Une intense réflexion sur le totalitarisme où les jeux les plus cruels sont (re)devenus réalité.

J’ai été extrêmement émue par la fin du récit (traduction : j’ai pleuré) ; jusqu’au bout, j’ai espéré… tout en me disant que "c’était annoncé" et que par conséquent, cela "devait être".  Un coup de cœur pour moi, un réel bouleversement…

18:15 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8) |

Commentaires

Il me fait très envie ce livre, et d'autant plus quand je lis ton avis. J'espère pouvoir le lire bientôt :)

Écrit par : Azariel87 | 11/11/2010

Répondre à ce commentaire

Franchement, n'hésite pas si tu en as l'occasion. J'en suis encore "tourneboulée" :-)

Écrit par : paikanne | 11/11/2010

Répondre à ce commentaire

Faudrait que je me décide à m'y mettre. Il est dans ma pal depuis que j'ai lu et suis tombée amoureuse du Chagrin du roi mort !!!

Écrit par : Pauline | 14/11/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu, il y a deux ans. J'avais beaucoup aimé. Comme tout ce que j'ai lu de cet auteur. Je ne connais pas la collection dont tu parles, je vais m'informer. Merci !

Écrit par : lucy | 21/11/2010

Répondre à ce commentaire

Un auteur que je ne connaissais pas, et qu'il semble t'avoir beaucoup touchée. Certainement une de mes futures lectures de 2011!

Écrit par : Flo_boss | 13/01/2011

Répondre à ce commentaire

Je vous le recommande vivement !

Écrit par : paikanne | 13/01/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai été séduite par l'univers hivernal créé par l'auteur, et par son style très agréable. Les personnages sont attachants, il y a du suspense, et la solidarité entre les résistants fait chaud au coeur. Mais la fin m'a déçue par sa simplicité et par la mort inutile d'un personnage, ce qui m'a un peu gâché mon plaisir..

Écrit par : Stellabloggeuse | 19/08/2011

Répondre à ce commentaire

Même si j'en ai été profondément triste, j'ai apprécié la fin parce qu'elle cadrait bien avec l'ensemble ; pas de "miracle" de dernière minute ;-)

Écrit par : paikanne | 19/08/2011

Écrire un commentaire