16/10/2010

Juliette, Anne Fortier

juliette.jpgUn grand merci à BoB et aux Éditions Michel Lafon pour cette agréable lecture !

Présentation de l’éditeur : À la mort de sa tante préférée, Julie ne reçoit pour héritage qu’une mystérieuse clef, accompagnée de l’adresse d’une banque à Sienne. Elle s’envole aussitôt pour l’Italie et y trouve une liasse de papiers jaunis relatant les amours d’un jeune homme prénommé Roméo avec celle qui est sans doute son ancêtre, la belle Juliette Tolomei. La Juliette de Shakespeare.

Alors que Julie déchiffre les parchemins, elle comprend que la sinistre malédiction prononcée six siècles plus tôt plane encore sur sa famille… Pourra-t-elle échapper au danger qui la guette à vouloir ainsi découvrir son destin ?

Mon avis : une bien belle aventure qui devrait ravir ceux qui aiment l’histoire de Roméo et Juliette et qui ne redoutent pas de "nouvelles découvertes" relatives au mythe ; en effet, Roméo et Juliette nous emmènent, une fois n’est pas coutume, non pas à Vérone mais à Sienne, partie intégrante du récit, presque personnage à part entière.  En outre, trois familles au lieu de deux sont impliquées dans ces querelles ancestrales.

Un rythme enlevé après un démarrage sur les chapeaux de roue avec une héroïne peu sûre d’elle au départ tellement elle n’a toujours été que l’ombre de son exubérante et cynique jumelle.  Mais plus le quatorzième siècle se dévoile à elle, plus Julie s’enhardit, sur les traces de Giulietta.

Durant la majeure partie du récit, les chapitres alternent époque contemporaine et XIVe siècle mais cela ne nuit nullement à la compréhension du texte. Le personnage de Juliette est attachant et plein d’humour : un humour qui lui sert le plus souvent de carapace et lui permettra de faire face aux nombreux dangers qui semblent s’accumuler au-dessus de sa tête.  Elle découvre alors des facettes inattendues de personnes chères qu’elle croyait connaître…

J’ai autant apprécié les péripéties vécues par Julie/Giulietta que les pages retournant au XIVe siècle avec un attachement tout particulier au personnage de frère Lorenzo.

"La vue du haut de la Fortezza, la vieille forteresse des Médicis, était superbe.  Les toits de terre cuite de Sienne miroitaient sous le soleil de l’après-midi, et un parterre de collines ondulant tel un océan d’ombres vert et bleu se déroulait à l’infini.  C’est là que je m’étais installée pour lire le journal de maître Ambrogio, tout en goûtant la beauté de ce paysage au merveilleux parfum d’été."

« Mon cœur a-t-il aimé, avant aujourd’hui ?

Jurez que non, mes yeux, puisque avant ce soir

Vous n’aviez jamais vu la vraie beauté. »

 

17:59 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Merci pour ce billet, ce livre me semble vraiment intéressant :)

Écrit par : Azariel | 16/10/2010

Répondre à ce commentaire

Je vais finir par me laisser tenter...
Merci pour cette critique!

Écrit par : czar | 17/10/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire