30/08/2010

Les Lames du Cardinal T. 2 : L'Alchimiste des Ombres, Pierre Pevel

alchimiste ombres.jpgPrésentation de l’éditeur : Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.
Surgis de la nuit des temps, ils sont avides de pouvoir et décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire déjà dans les plus grandes cours royales d'Europe.

Pour déjouer leurs sinistres complots, Richelieu a reformé son unité d'élite, une compagnie clandestine d'aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d'élégance et d'astuce. Six hommes et une femme aux talents exceptionnels prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal.

Mais alors qu'ils ont rendez-vous, par une nuit d'orage, avec une espionne italienne aussi belle que dangereuse qui prétend détenir les clés d'un complot à venir, ils sont loin d'imaginer l'ampleur de la tragédie qui va s'abattre sur la France et les obliger à affronter leur plus terrible adversaire : l'Alchimiste des ombres...

Mon avis : j’ai retrouvé avec grand plaisir le petit groupe des Lames du Cardinal.  Grandiose entrée en matière : l’affrontement, aux confins de l’Alsace et la Lorraine, entre un groupe de gentilshommes aidés de sœur Béatrice, appartenant aux sœurs de Saint-Georges, ordre religieux consacré à lutter contre les dragons d’un côté et de l’autre, le puissant Alchimiste des Ombres.

L’action se focalise ensuite autour de « L’Italienne », Alessandra di Santi, une superbe intrigante, jusqu’alors jamais inquiétée et qui  « se livre » à Richelieu.  Elle laisse entendre que Louis XIII est la cible d’un complot.  Mais les informations qu’elle distille au compte-gouttes sont floues et nul ne réussit à connaître les tenants et les aboutissants de ce complot. Et cela, même si les Lames supposent que  l’Alchimiste des Ombres, « dragon » au service de la Griffe noire, y est très probablement pour quelque chose…

La ville de Paris m’a semblé moins présente dans ce volume même si, à nouveau, la saleté et les odeurs qui y prévalent sont récurrentes.  Tout en œuvrant au service du Cardinal, les Lames préservent  leur part de mystère puisque des informations transparaissent à leur sujet, mais pas encore suffisamment pour assembler les pièces du puzzle.  J’apprécie tout particulièrement Antoine Leprat qui, malheureusement, doit de plus souvent combattre l’horrible rance dont il souffre, Arnaud de Laincourt qui rejoint désormais la bande ainsi que Saint-Lucq, sang-mêlé « aux bésicles rouges », à l’efficacité redoutable.

Le côté fantasy est davantage présent que dans le premier opus et l’on peut supposer, eu égard à la fin du roman, qu’il occupera une place prépondérante par la suite.

L’écriture reste égale à elle-même : colorée et riche de détails qui nous offrent un déroulement très visuel de l’action, à l’image des combats toujours bel et bien présents.

    « Cette nuit-là, à la Renardière, Alessandra di Santi lisait lorsqu’elle entendit des cavaliers arriver au galop.  Comme sa chambre n’offrait une vue que sur les allées et du jardin et le grand parc arboré alentour, elle passa dans son antichambre et, écartant légèrement un rideau, elle aperçut La Fargue et Almadès à l’instant où ils sautaient de selle et grimpaient les marches  du perron, à la rencontre de Leprat.

     Elle sourit, s’écarta de la fenêtre, ajusta l’une de ses mèches rousses en passant devant un miroir, se dit que la lumière chaude et fauve des chandelles lui allait décidément à ravir et, dans sa chambre, retrouva son fauteuil et son livre. »

Un grand merci à Livraddict et aux Editions Bragelonne pour ce partenariat.

 

08:10 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

J'ai moi aussi apprécié ce nouvel opus de la saga. Les personnages sont toujours aussi attachant et les nouvelles révélations faites les concernant devraient donner lieu à un troisième tome des plus savoureux

Écrit par : El Jc | 30/08/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire