20/08/2010

Le tueur à la cravate, Marie-Aude Murail

tueur cravate.jpgPrésentation de l’éditeur : Grâce à quelques clics et une adresse mail bidon, Ruth Cassel a pu s'inscrire sur le site perdu-de-vue.com et y déposer une vieille photo de classe en noir et blanc trouvée dans les affaires de son père. La manip n'a qu'un seul but : l'aider à différencier les deux blondes aux yeux noisette sur la photo, Marie-Ève et Ève-Marie, respectivement la mère de Ruth et sa soeur jumelle, décédées à vingt ans d'intervalle.

Très vite, comme s'ils avaient attendu ce signal, des anciens de la terminale S3 se manifestent. L'ex-beau gosse de la classe, une prof de philo à la retraite, une copine des jumelles et, en prime, un grand-père dont Ruth ne soupçonnait pas l'existence, s'empressent de répondre. Tout pourrait s'arrêter là... Mais la photo de classe a réveillé de terribles souvenirs. Les e-mails évoquent un meurtre commis l'année de la terminale, celui d'Ève-Marie. Ils parlent d'un étrangleur récidiviste, le tueur à la cravate. Bien plus effrayant, ils mettent en cause l'une des personnes que Ruth aime le plus au monde, son propre père, Martin Cassel...

Mon avis : un plaisir de retrouver à nouveau Marie-Aude Murail dans un récit tout à fait au goût du jour puisque lié à Internet : Ruth et sa copine Déborah ne mesurent pas les risques encourus à partir du moment où elles se sont risquées à mettre un doigt (un clic !) dans l’engrenage en postant une ancienne photo, désormais visible par tous.

L’histoire se met en branle, mêlant habilement passé et présent, levant petit à petit un coin, puis un autre, du voile sur ce qu’ont vécu, de près ou de loin, les protagonistes liés au meurtre d’Eve-Marie.

Ce récit se lit d’une traite et met également le doigt sur ce que vit Ruth que la mort de sa mère quelques années auparavant ne cesse de culpabiliser : en témoignent ses cauchemars récurrents. L’humour est, comme toujours chez Marie-Aude Murail, bel et bien présent, principalement à travers le personnage de Bethsabée, la petite sœur de Ruth. Quant à Martin Cassel, il n’a de cesse de manier l’ironie et le cynisme, ce qui en agace plus d’un et lui porte préjudice, indéniablement...

Un très bon moment de lecture auquel s’ajoute, pour qui le souhaite, le Journal de bord du Tueur à la cravate ou Comment naît un roman (ou pas)…

 

21:57 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) |

Commentaires

J'ai beaucoup aimé ce roman, y a un suspens bien entretenu !

Écrit par : Setsuka | 20/08/2010

Répondre à ce commentaire

Encore un bon cru de M-A Murail! Un régal ^^

Écrit par : Pauline | 21/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je t'ai fait confiance, une fois de plus et je l'ai commandé. J'attends son arrivée avec impatience.

Écrit par : Lucy | 23/08/2010

Répondre à ce commentaire

je suis assez mitigée par ce roman, je n'ai d'ailleur pas voulu lire la suite
par contre j'ai rencontrer l'auteur l'année dernière à Brive, il est fort symphatique

Écrit par : pom' | 26/08/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire