13/08/2010

Encore un jour sans massacre, Théo Diricq

diricq.gifMerci à Bob pour ce partenariat.

Présentation de l’auteur : Artus Général a seize ans. Il entre en seconde. Il est péremptoire, hautain, cynique. Il a un avis sur tout, croit tout savoir, avoir tout compris. Il déverse sa mauvaise humeur dans son journal intime, aussi comique dans ses emportements que touchant dans sa maladresse. Car, bien qu'il s'en défende avec orgueil, Artus découvre les troubles du sentiment et les tourments de l'amour. Elle s'appelle Lola. Elle lui plaît mais il ne lui plaît pas. Elle mène le jeu mais il ne le voit pas. Et si, à force de vouloir se distinguer, Artus n'était finalement qu'un adolescent comme les autres ?

Mon avis : je me dois d’avouer que je n’ai pas aimé ce roman et il est fort probable que s’il n’avait pas été aussi court, je ne l’aurais pas terminé, ce qui est rare.

Pourquoi donc ne l’ai-je pas apprécié ?  Tout simplement parce que si le côté cynique, ironique, noir... m’a plu au début, il a fini par (grandement) me lasser.  Un peu, oui ?  Beaucoup, pourquoi pas ? Mais trop… c’est trop.  Un peu comme s’il s’était agi, inutilement, de "rajouter couche après couche". 
Difficile d’en dire davantage ; j’ai souri de temps en temps mais ai fini par attendre la fin…

18:36 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Bouh, rien qu'au résumé je sais que je ne supporterais cette lecture! Même à 10 ans je ne supportais pas ces romans sur les ados, écrits par des adultes : irréalistes, "too much", et fatiguants..
Tu as eu du courage de le lire !

Écrit par : Jennifer | 14/08/2010

Répondre à ce commentaire

Mais apparemment, il a été écrit alors que l'auteur avait 17 ans...

Écrit par : paikanne | 15/08/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire