21/07/2010

Origine, Diana Abu-Jaber

origine.jpgPrésentation de l’éditeur : Syracuse, Etat de New York. L'hiver est terrible, la ville est sous la neige, battue par des vents glacés.  Lena, experte en empreintes digitales, travaille à l'unité scientifique de la police. C'est une jeune femme renfermée, à l'équilibre fragile, qui, en dépit de compétences exceptionnelles, préfère rester dans l'ombre et se consacrer aux cas de violences faites aux enfants, conséquence peut-être d'un passé tourmenté.

Orpheline trouvée dans d'étranges circonstances à l'âge de 2 ans, Lena ignore en effet tout de ses origines. Son parcours croise un jour celui d’Erin Cogan, dont le bébé vient de décéder. Les médecins ont diagnostiqué une mort subite du nourrisson, la mère ne les croit pas. On a tué son fils, elle en est sûre. Bien vite, le doute s'insinue aussi dans l'esprit de Lena, qui découvre un nombre anormal de cas similaires dans la région. Y aurait-il vraiment un serial killer qui s'attaque aux bébés ?
Plus étrange encore, Lena sent confusément que l'énigme de ses origines est liée à Erin et aux meurtres des enfants. Parviendra-t-elle à reconstituer son histoire et à percer le sombre secret de ses origines ? Malgré la pression de la presse qui s'empare de l'affaire, malgré les menaces qui pèsent sur sa vie, Lena ira jusqu'au bout d'une enquête passionnante.

Mon avis : un bon livre à mon sens et à bien y réfléchir, même si les deux enquêtes sont indissolublement liées, c’est davantage la quête des origines de Lena qui m’a intéressée et cela, même si l’enquête policière est bien évidemment fondamentale.  J’ai rarement lu un récit "policier" dans lequel le héros, en l’occurrence l’héroïne, présentait un caractère aussi fouillé… et aussi torturé, il faut bien l’avouer.  

Car Lena "ressent" les choses avec une telle acuité qu’elle en souffre souvent malgré l’aide et le soutien de certains "proches", finalement pas si proches pour elle car Lena est plus souvent qu’à son tour refermée sur elle-même, en compagnie de ses sensations et de ses questions (les réflexions de Lena – la narratrice – sont d’ailleurs légion dans le récit, indiquées entre parenthèses) et j’ai trouvé son personnage très touchant même si je me sentais tellement "impuissante" face à sa douleur.   

A côté d’elle, Keller, un policier – aux antipodes de Charlie, une brute épaisse à laquelle elle a été mariée et dont elle est séparée -, qui tente, avec (beaucoup de) patience de se rapprocher d’elle, presque malgré elle.  Petit à petit l’écheveau se démêle, qu’il s’agisse des origines de l’experte en empreintes digitales qui prennent corps, ou de la résolution de l’énigme…

21:40 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Je suis en train de le lire et je le trouve très prenant, en partie grâce à la personnalité de Lena.

Écrit par : jostein | 31/07/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire