14/07/2010

13 petites enveloppes bleues, Maureen Johnson

13 petites enveloppes bleues.jpg

Je tiens à remercier les Éditions Gallimard Jeunesse qui m’ont gracieusement envoyé ce récit que j’avais vraiment envie de découvrir.

Présentation de l’éditeur : Ginny découvre, à la mort de sa tante adorée, 13 petites enveloppes bleues, comme autant de signes dans un jeu de piste. Voici la jeune Américaine partie pour un grand voyage à travers l'Europe. À Paris, Londres ou Rome l'attendent la vie et l'amour.
Un parcours initiatique drôle, romantique et émouvant.

Mon avis : nous suivons, dans un périple à travers l’Europe, Ginny, une jeune Américaine de 17 ans, qui se lance dans ce "jeu de piste" à l’instigation de sa tante Peg, maintenant décédée.  Celle-ci a toujours été pour le moins originale et le voyage proposé à Ginny ne l’est pas moins puisqu’elle part dans l’inconnu, au fil des lettres écrites par Peg.  C’est lors de chaque étape, quand la "tâche" assignée a été accomplie, que Ginny découvre où la conduira le trajet suivant.

Préalable : on doit d’abord faire comme s’il était plausible que les parents de Ginny donnent très vite leur accord pour la laisser partir seule (!). Ensuite, on embarque aux côtés de Ginny pour une "aventure" qui se lit "facilement", trop facilement même puisque l’écriture est parfois très (trop) simple.  J’ai aussi été déçue car, à mon sens, l’ensemble manque de consistance alors que l’idée de départ était très intéressante.  Les rencontres s’enchaînent trop vite à mon goût et, par conséquent, les relations entre les personnages sont parfois à peine esquissées alors que c’est là, me semble-t-il, qu’aurait résidé l’intérêt d’un récit plus étoffé.

En outre, durant la première partie de récit, Ginny est d’une grande froideur ; aucune émotion ne semble l’animer et elle est peu attachante.  Heureusement, cet aspect évolue quelque peu par la suite, surtout grâce aux personnages de Richard et Keith.  Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Quatre filles et un jean d’Ann Brashares puisque le lectorat visé est identique et cela, d’autant que je viens de lire Trois amies pour la vie : si comparaison il peut y avoir, Ann Brashares en sort largement gagnante, tant par sa manière de relater les événements que par sa façon de développer une histoire et "d’entrer" dans ses personnages.

"Un parcours initiatique" ? Oui mais Ginny apprend finalement peu sur elle-même…  "Drôle" ? Pas vraiment.  "Romantique" ? Une petite touche.  "Émouvant" ?  A peine.

Ceci dit, ce roman devrait probablement plaire à mes élèves, je pense principalement aux filles, c’est pourquoi je le retiens dans mes éventuelles propositions de lecture pour l’année scolaire prochaine…

10:32 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire