10/07/2010

La plage vide, Peter Corris

plage videDans le cadre du Défi "Littérature policière sur les 5 continents", j’ai choisi de lire un récit d’un auteur australien, Peter Corris.

Présentation de l’éditeur : John Singer, caïd du marché et roi des machines à sous, a disparu deux ans plus tôt, après avoir été aperçu sur une plage de Sydney. La rumeur prétend qu'il s'est noyé. Mais la femme de Singer ne se voit pas dans un rôle de veuve. Elle engage Cliff Hardy, un privé, pour découvrir la vérité sur la disparition de son mari.

Mon avis : le roman début par une enquête un peu particulière pour Hardy puisqu’il s’agit d’en arriver à trouver si John Singer est bel et bien mort, comme tout semble le laisser croire, ou s’il est au contraire toujours vivant. 

Hardy accepte sans beaucoup d’enthousiasme, en disant qu’un peu d’argent rentrera dans les caisses.  Mais bien vite, les choses s’accélèrent et ses questions dérangent sans aucun doute ; lui-même ainsi que certaines parmi les personnes rencontrées en font malheureusement les frais.  Il n’en faut pas plus pour lui donner la rage de continuer, avec un discret coup de pouce policier.

J’ai vraiment apprécié ce roman noir à souhait, à l’écriture savoureusement cynique : "Il tira sur sa cigarette et fit descendre la fumée jusque dans ses chaussures" ; "Nos cafés arrivèrent, ce qui me laissa le loisir de réfléchir à la réponse à lui donner.  Bruce paraissait extraordinairement physique pour un journaliste.  La majorité de ceux que je connaissais avaient toutes les peines du monde à porter leur verre à leur bouche sans qu’on les aide, mais les Américains appartiennent à une race différente" ; "C’était Tal qui réfléchissait maintenant et il ne semblait pas capable de faire ça et de tenter quelque chose de méchant en même temps".

L’enquête elle-même apporte son lot de lugubres découvertes et la fin vaut le coup !

16:14 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire