14/06/2010

Ne plus vivre avec lui, Eva Kavian

kavianPrésentation de l’éditeur : Sylvia a dix-sept ans. Parce qu'elle en a marre de la garde alternée, parce qu'elle ne veut plus vivre avec son père, cet éternel absent, elle l'appelle. Et il meurt. Il dit d'accord et il meurt, Un père absent et un père mort, ce n'est pas pareil.

Ne plus vivre avec lui. Cela paraissait si simple.

Mon avis : je suis quelque peu déconcertée par ce roman.  La cause ? Je l’ai lu aisément mais il m’a peu touchée.  Ou pour être exacte, j’ai été touchée à certains moments (je pense particulièrement à certaines conversations avec Manu) mais pas durant tout le récit alors que le propos est on ne peut plus bouleversant : comment Sylvia va-t-elle continuer à vivre alors qu'à 17 ans, elle vient de perdre son père, un père avec qui elle a tellement peu échangé, finalement.  Ceci dit, cela n'enlève en rien la qualité du récit.

Et c’est bel et bien de "communication" dont il est question dans le récit : Sylvia n’aura jamais autant parlé à son père que depuis qu’il est, brutalement, décédé.  La grande sœur doit se (re)faire une place, à côté de sa maman, anéantie elle aussi même si elle était divorcée du père de ses enfants ; à côté aussi de ses petites sœurs, souvent si accaparantes.   Les phrases sont la plupart du temps courtes, à l’image, me semble-t-il, de la colère, voire la rage, que Sylvia laisse librement s'exprimer.  Elle va devoir "faire son deuil" (fait-on jamais son deuil ?) en s’aidant de toutes les traces laissées çà et là par son père.

21:30 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire