13/05/2010

Le sang du Christ, Frédéric Mars

sang du christJe viens, en ce jour de l’Ascension (!), de terminer la lecture du roman de Frédéric Mars, Le sang du Christ, paru aux Editions Michel Lafon (que je remercie d’ailleurs, ainsi que BoB, puisqu’il s’agissait d’une lecture en partenariat).

Présentation de l’éditeur : an 30 de notre ère, 6 jours avant la Pâque juive. Dans une ferme située à proximité de Jérusalem, un homme est sacrifié selon le rituel de l’agneau pascal.  Mais sur son front, on peut voir un triangle isocèle, marqué au fer, et à côté du cadavre calciné, une poterie égyptienne.
Ce mort, c’est Jean de Gamala, héritier légitime du trône de David, usurpé par Hérode avec l’appui de Rome.
Soupçonné du crime, son frère, Jacques le scribe, tente de démasquer par lui-même le meurtrier.
Aidé de sa nièce Sara, il piste l’assassin qui ensanglante la Judée, alors qu’un autre aspirant au titre de roi des Juifs provoque les autorités juives et romaines : un certain Jésus de Nazareth.
De Qumran à Magdala, d’initiation en découvertes, Jacques et Sara vont pourchasser jusqu’au pied de la Croix celui qui se révélera être le premier tueur en série de l’humanité…

Mon avis : ce récit se présente comme une quête qui anime Jacques et Sara, deux personnages pour qui l'on se prend d'affection au long de l’histoire.  Il s’agit pour eux de dénouer les fils d’une intrigue oh combien fouillée ; l’érudition de Jacques et la perspicacité de Sara les y aideront… mais ils découvriront par la même occasion des secrets liés à leur famille qu’ils auraient peut-être préféré ignorer. 

Jacques "s’affermit" peu à peu durant ces quelques jours précédant la Pâques alors que Sara mûrit et laisse définitivement son enfance derrière elle. Quant aux théories relatives à Jésus évoquées dans ce récit qui permettent d’indiquer, sur la quatrième de couverture, "une version iconoclaste des origines du christianisme", je peux imaginer qu’elles puissent en déconcerter, voire en choquer plus d’un et cela, même si je ne suis nullement spécialiste de la question.  Personnellement, je me dis qu’un roman reste de la fiction, même si cette fiction a pris appui sur de multiples recherches (quelle somme de travail cela doit-il représenter ), évoquées par ailleurs par l’auteur lui-même sur le site consacré au livre.

J’ai donc apprécié cette enquête particulière même si j’ai moins goûté (!) certaines scènes, un tant soit peu "grandguignolesques", comme l’initiation de Jacques ou encore la dernière Cène.

D'autres avis : Karline05 et Nelfe

18:27 Écrit par paikanne dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) |

Commentaires

Merci Tu donnes vraiment envie de lire ce livre !!!
Merci pour la chronique !!!
Bon week-end !

Écrit par : Richard | 14/05/2010

Répondre à ce commentaire

je viens de le finir moi aussi, j'ai adoré.
Impossible de le lacher.
Je le conseille à tout le monde

Écrit par : clara | 20/05/2010

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec toi sur le côté grandguignolesque de l'initiation de Jacques. La Cène par contre je l'ai trouvé vraiment bluffante de "détails qui collent".
Je me suis ennuyée la 1ère partie du livre, après j'ai adoré. J'attends le prochain tome avec impatience!
Ma critique est là: http://cafardsathome.canalblog.com/archives/2010/05/25/18003861.html

Écrit par : Nelfe | 29/05/2010

Répondre à ce commentaire

je viens de mettre un lien vers ton commentaire
à bientôt et bonne lecture

Écrit par : karline05 | 11/06/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai fait de même :-)

Écrit par : paikanne | 11/06/2010

Répondre à ce commentaire

Vivement la suite,
bonne journée
et bonnes lectures d'été
bises

Écrit par : mazel | 04/07/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire