02/05/2005

S.E.P., je te hais !

Bon , je crois que cette saleté a à nouveau atteint un nouveau palier...  Elle évolue insidieusement par étapes, par paliers ; je me demande comment l'on fait quand on a atteint la marche ultime... encore que je ne tiens pas à le savoir trop vite ! 
 
Depuis quelques semaines, c'est dur dur ; d'abord, je me trouve des excuses du style, "c'est la fin de l'année scolaire et je ne me ménage pas", ce qui est vrai...  tout en essayant de me dire que ça va passer, que mes guiboles vont bien finir par retrouver un semblant d'équilibre mais le moral déjà n'y est plus. 
Vendredi, pour la première fois, j'ai vraiment failli tomber en classe en sortant de ma chaise et j'ai dû ma "survie" à un élève qui m'a rattrapée in extremis (alors que je venais de rouspéter lorsqu'il m'a dit qu'il ne pouvait pas présenter son plaidoyer... ça m'apprendra !).  Donc depuis quelques semaines, je sens bien que ça se dégrade.  Et comme toujours, au début, je me dis que ça va passer.  Et comme ça ne passe pas, le moral est dans les talons.  L'étape suivante, je suis tout doucement -je crois- en train de l'appréhender, c'est-à-dire que je commence à "accepter" (je déteste ce mot parce que je n'accepterai jamais cette saleté qui bousille ma vie) la nouvelle étape franchie, autrement dit "accepter" cette nouvelle dégradation.  A ce moment, tout doucement je "fais avec" (comme dirait moi à d'autres malades -c'est fou comme je suis de bon conseil avec les autres-, se concentrer sur ce que je peux encore faire plutôt que sur ce qui m'est définitivement refusé), je "surnage"... 
Besoin d'aller de l'avant malgré "tout" : d'abord j'ai entrepris les démarches pour le renouvellement de mon permis de conduire (tous les deux, trois ans, c'est rebelote avec la voiture adaptée) ; ensuite je suis allée discuter de mes attributions de l'an prochain ; besoin de me projeter dans un futur et le jour où un mur trop haut barrera ce futur, hé bien...  il sera encore temps d'envisager... quoi ?  Je n'en sais rien encore.  Je dois bien avouer que je n'ai pas envie d'y penser...



20:15 Écrit par paikanne | Lien permanent | Commentaires (6) |

Commentaires

Chaque jour je repasse depuis ce post espérant que cela va un peu mieux.
Puis tu sais, plus le temps passe, plus je pense qu'on acceptera jamais, alors faisons avec même si comme tu dis, nous sommes de bon conseil... pour les autres.
Je pense à toi... et espère que la garce te laissera, au moins un peu de temps... un peu plus de temps... beaucoup plus de temps.
Et en y croyant, en la respectant, je souhaite vraiment qu'elle te l'accordera car tu as toute une vie, et laquelle... une vie qui nous, en tous cas, me fait rêver.
Profite bien des jours de repos à venir...

Écrit par : Amphitrite | 04/05/2005

Répondre à ce commentaire

... Bonjour Pascale, je passais prendre de tes nouvelles et t'inviter à nous rejoindre à la virée entre bloggeurs mais je tombe sur de bien tristres nouvelles... :(
Je suis sincèrement désolée que ton état de santé se dégrade... Je trouve cela tellement injuste.. :( Mais bon, je sais que tu es quelqu'un qui continuera à te battre et je t'envoie à distance mais le plus sincèrement que je peux une grosse dose de courage et de bonne humeur pour que tout aille pour le mieux!

Si tu en as la possibilité, tu sais que tu es la bienvenue le 15 mai, ça me ferait plaisir de vous y revoir :-)

Je vous fais de gros bisous à tous les deux, à bientôt

Écrit par : miss | 04/05/2005

Répondre à ce commentaire

... Suis de tout coeur avc toi

Écrit par : Tour de Babel | 05/05/2005

Répondre à ce commentaire

que dire à part t'envoyer un maximum d'ondes positives...
tu es une battante, avec des hauts et des bas, mais il faut se battre, comme tu le dis si bien...
Je pense très fort à toi!!!!

Écrit par : lolo | 07/05/2005

Répondre à ce commentaire

sa va aller moi aussi je suis de tout coeur avec toi et je sais bien que tu es une battante depuis le debut, tu es tres courageuse.. tu es qqun de vrmt exceptionnel.. bisous

Écrit par : Sarah( ta fille) | 07/05/2005

Répondre à ce commentaire

Comme un doux vent frais de passage... Simple bise ;)
A bientôt

Écrit par : Ubu | 08/05/2005

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire