09/11/2004

Intolérance

J'ai "invité" mes élèves à participer à un concours d'écriture d'une pièce de théâtre dont le thème doit être l'intégration/l'exclusion ; la tolérance/l'intolérance...  Nous discutions donc de ce thème et m'est revenue en mémoire la pire expérience d'exclusion vécue jusqu'à présent...  Voici quatre ans, je me trouvais avec mes enfants aux caisses d'un supermarché dans lequel certaines caisses sont prioritaires pour les personnes handicapées.  Jamais je n'avais fait usage de ce "droit" puisque je pars du principe que, de toute manière, je suis assise et n'ai donc pas de difficulté pour attendre mon tour (c'est bien pire, à mon sens, pour les personnes qui marchent très difficilement avec une canne...).  Pourtant, ce soir-là, j'ai voulu passer de manière prioritaire parce que nous étions le soir du 31/12, que je n'avais pas grand chose dans mon caddie et qu'il y avait bien une quinzaine de personnes avant moi.  Je me retrouve donc avec les enfants à la caisse.  Un couple avec une adolescente avaient déposé quelques affaires sur le tapis roulant ; la mère et la fille s'empressent de retirer leurs marchandises afin que je dispose les miennes.  C'est alors qu'intervient le "père", très durement : il dit qu'il est hors de question que je passe devant eux, qu'ils ont attendu et que (ce sont ces paroles-là qui sont gravées à l'indélébile) je n'ai qu'à rester chez moi !  C'est dans des cas pareils que je m'en veux de ne pas oser crier, hurler, gueuler...  Le comble, c'est que j'ai dû moi-même"calmer le jeu" parce que les clients suivants voulaient évidemment que je passe devant cet énergumène.  J'ai dit qu'on n'allait quand même pas se battre pour "ça"...   La mère et la fille étaient malades de honte...  Je me souviens avoir pensé que lorsque je donnais cours de sciences humaines, j'ai enseigné à mes élèves qu'à une "certaine époque", les handicapés ont été exécutés...

20:50 Écrit par paikanne | Lien permanent | Commentaires (8) |

Commentaires

Jolie leçon Tu racontes cette triste histoire sans rancoeur, sans amertume, c'est ça qui fait ta force...
Bisou doux

Écrit par : Fléa... | 09/11/2004

Répondre à ce commentaire

... les larmes me sont montées aux yeux en lisant tes mots...

fléa a raison, tu es bien plus forte que tous les gens dits 'normaux' (je trouve ce terme débile d'ailleurs !!! )

j'admire ta force et ta volonté... tu es devenue avec le temps l'un de mes blogs préférés, je vais d'ailleurs te changer de catégories dans mes liens.

j'aspire de te rencontrer :-)

bizzz bizzz

Écrit par : miss | 09/11/2004

Répondre à ce commentaire

Grande émotion et beaucoup de respect pour toi Paikanne.
Bonne soirée, je t'embrasse.

Écrit par : Elfarranne | 09/11/2004

Répondre à ce commentaire

J'aurais peut-être été moins gentil que toi, mais je t'admire d'avoir gardé ta douceur en ces circonstances : certains resteront de véritables "handicapés" à cause de leur suffisance et de leur vanité. Et l'imbécilité, la mesquinerie, elles, déterminent une vie.
Toujours ravi de tes passages mais pourrais-tu être plus précise dans ta demande : je nage un peu, là !
A bientôt. ;)

Écrit par : Ubu | 10/11/2004

Répondre à ce commentaire

... merci de tes mots chez moi... vos commentaires m'ont beaucoup aidé...

bizz bizz, bonne nuit !

Écrit par : miss | 11/11/2004

Répondre à ce commentaire

... alors là chapeau ! parce que c'est vrai que dans de tels circonstances, c'est dur de rester de marbre et de garder son calme.
Je ne sais pas si j'en aurais été capable.

Écrit par : Sonia | 12/11/2004

Répondre à ce commentaire

*** J'aime toujours autant te lire! C'est dès le plus jeune âge que l'on apprend l'intolérence ou la tolérence...

Écrit par : j | 12/11/2004

Répondre à ce commentaire

... L'esprit de Noël s'évapore très vite chez certains...
Amitié

Écrit par : serge | 13/11/2004

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire