02/09/2004

Dur, dur...

Avec la rentrée, je peux à nouveau mesurer combien la "marche" (un bien grand mot, peut-on appeler "marche" les quatre ou cinq pas que je suis encore capable de faire... et encore, en me tenant...) est de plus en plus pénible. Et je ne me suis pas encore retrouvée face à une classe puisque la prise de contact avec la classe dont je serai titulaire se fera demain. Bref, bilan "physique" très peu brillant mais curieusement, le moral n'est pas (encore) en berne. En fait, si je me laisse aller à la "désespérance", ça ne résoudra rien et risque bien de précipiter encore davantage les choses ; pourtant, si ça se trouve, demain je verrai déjà les choses tout autrement et bonjour "les grandes eaux". J'ai une propension particulière, sans doute aussi "quelque part" liée à la maladie, à changer d'humeur... plus souvent que de chemise ! Je gagne quelque chose d'intéressant à un concours (aujourd'hui, par exemple, on a m'a livré du vin gagné lors d'un concours... Bru !), je suis très contente et la seconde d'après, mon physique défaillant fait des siennes et hop, le "coeur au bord des larmes"... Du yoyo quoi...

18:49 Écrit par paikanne | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

* * * Bonne rentrée à toi...
Courage !

Écrit par : Simabcri | 02/09/2004

Répondre à ce commentaire

Courage Et à d'autres moments d'illumination tu écris de très beaux textes comme celui intitulé Crépuscule. Courage Païkanne, on est tous derrière toi, courage...

Écrit par : Vincent | 02/09/2004

Répondre à ce commentaire

allez ma belle! Dis-toi qu'il vaut mieux aller enseigner comme toi: en roulant mais avec motivation que comme malheureusement de nombreux profs: en marchant mais en traînant les pieds!

Écrit par : Maeve | 03/09/2004

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire